Barack Obama s'est rendu au déjeuner hebdomadaire des sénateurs démocrates, à huis clos dans une salle du Capitole, puis à celui du groupe républicain, où il a rodé les arguments qu'il devrait développer lors d'une allocution solennelle depuis la Maison Blanche le soir même. A la sortie, les élus convenaient que la meilleure stratégie était de ne pas voter dans l'immédiat et d'attendre que Washington et Moscou s'accordent sur la meilleure façon de faire céder à Damas le contrôle de ses armes chimiques. "Il est important que nous fassions cela bien, et non rapidement", a déclaré Harry Reid, chef de la majorité démocrate et maître de l'ordre du jour législatif. "Nous allons continuer à travailler, et je répète que la menace crédible que nous agissions en réaction à cette attaque est maintenue". Richard Durbin, numéro deux démocrate, a affirmé que le président avait demandé quelques jours de délai, jusqu'à la semaine prochaine, selon CNN. "Le mieux est de faire une pause, de façon à comprendre si c'est crédible ou non", a déclaré le républicain Bob Corker, un négociateur-clé dans ce dossier. "Il est très inquiet que le Congrès ne sape sa capacité de menacer de l'usage de la force", a estimé la républicaine Susan Collins. "Il a peur qu'un vote négatif au Sénat lui fasse perdre un avantage, c'est mon interprétation". (Belga)

Barack Obama s'est rendu au déjeuner hebdomadaire des sénateurs démocrates, à huis clos dans une salle du Capitole, puis à celui du groupe républicain, où il a rodé les arguments qu'il devrait développer lors d'une allocution solennelle depuis la Maison Blanche le soir même. A la sortie, les élus convenaient que la meilleure stratégie était de ne pas voter dans l'immédiat et d'attendre que Washington et Moscou s'accordent sur la meilleure façon de faire céder à Damas le contrôle de ses armes chimiques. "Il est important que nous fassions cela bien, et non rapidement", a déclaré Harry Reid, chef de la majorité démocrate et maître de l'ordre du jour législatif. "Nous allons continuer à travailler, et je répète que la menace crédible que nous agissions en réaction à cette attaque est maintenue". Richard Durbin, numéro deux démocrate, a affirmé que le président avait demandé quelques jours de délai, jusqu'à la semaine prochaine, selon CNN. "Le mieux est de faire une pause, de façon à comprendre si c'est crédible ou non", a déclaré le républicain Bob Corker, un négociateur-clé dans ce dossier. "Il est très inquiet que le Congrès ne sape sa capacité de menacer de l'usage de la force", a estimé la républicaine Susan Collins. "Il a peur qu'un vote négatif au Sénat lui fasse perdre un avantage, c'est mon interprétation". (Belga)