D'après les estimations les plus prudentes, 1.100 combattants d'origine européenne sont actifs en Syrie, alors que les chiffres les plus élevés font état de 1.700 combattants. De 100 à 300 d'entre eux sont des Belges, selon Thomas Hegghammer. Seules la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne comptent un nombre plus important de ressortissants partis se battre sur le front syrien. L'expert en terrorisme ne peut avancer d'explication pour justifier cette différence entre les pays. Le facteur le plus important est, d'après lui, la puissance des réseaux de recrutement actifs localement. "Je ne pense pas qu'il y ait un lien avec la politique générale d'un pays", déclare-t-il à De Morgen. (Belga)

D'après les estimations les plus prudentes, 1.100 combattants d'origine européenne sont actifs en Syrie, alors que les chiffres les plus élevés font état de 1.700 combattants. De 100 à 300 d'entre eux sont des Belges, selon Thomas Hegghammer. Seules la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne comptent un nombre plus important de ressortissants partis se battre sur le front syrien. L'expert en terrorisme ne peut avancer d'explication pour justifier cette différence entre les pays. Le facteur le plus important est, d'après lui, la puissance des réseaux de recrutement actifs localement. "Je ne pense pas qu'il y ait un lien avec la politique générale d'un pays", déclare-t-il à De Morgen. (Belga)