Ils travaillent depuis plusieurs mois en collaboration avec cinq autres pays particulièrement touchés par le phénomène de ces jeunes -en général des hommes de 18 à 24 ans- partis combattre en Syrie. Une réunion mercredi soir a encore réuni les ministres de l'Intérieur britannique, français, suédois, belge, allemand, danois et espagnol. L'Italie a également marqué son intérêt pour la question, a précisé la ministre belge. Lors de la discussion sur les "foreign fighters" jeudi matin au Conseil, les autres pays européens se sont montrés intéressés par le sujet aussi, souligne la ministre. Manuel Valls et elle ont plaidé pour un échange renforcé d'informations entre pays européens sur les personnes qui partent en Syrie ou en reviennent. "Nous appelons aussi le Parlement européen à débloquer le dossier du PNR", la directive relative à la collecte des données sur les passagers, a expliqué Manuel Valls. Pour le reste, les propositions du tandem franco-belge vont dans le sens de celles du coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, présent jeudi matin au Conseil. L'Union européenne dispose de peu de compétences en matière de sécurité, ce qui devra amener les 28 pays membres à travailler en intergouvernemental, a souligné la ministre belge. (Belga)

Ils travaillent depuis plusieurs mois en collaboration avec cinq autres pays particulièrement touchés par le phénomène de ces jeunes -en général des hommes de 18 à 24 ans- partis combattre en Syrie. Une réunion mercredi soir a encore réuni les ministres de l'Intérieur britannique, français, suédois, belge, allemand, danois et espagnol. L'Italie a également marqué son intérêt pour la question, a précisé la ministre belge. Lors de la discussion sur les "foreign fighters" jeudi matin au Conseil, les autres pays européens se sont montrés intéressés par le sujet aussi, souligne la ministre. Manuel Valls et elle ont plaidé pour un échange renforcé d'informations entre pays européens sur les personnes qui partent en Syrie ou en reviennent. "Nous appelons aussi le Parlement européen à débloquer le dossier du PNR", la directive relative à la collecte des données sur les passagers, a expliqué Manuel Valls. Pour le reste, les propositions du tandem franco-belge vont dans le sens de celles du coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, présent jeudi matin au Conseil. L'Union européenne dispose de peu de compétences en matière de sécurité, ce qui devra amener les 28 pays membres à travailler en intergouvernemental, a souligné la ministre belge. (Belga)