Il semble qu'au cours de son Fort Chabrol, l'homme âgé d'une trentaine d'années ait menacé "d'égorger sa mère si les policiers entraient chez lui". Or, sa mère n'était pas présente au moment des faits. C'est d'ailleurs elle qui s'est inquiétée de ne pas avoir de nouvelles depuis une semaine et qui a prévenu les forces de l'ordre. A l'arrivée de la police locale, Michaël K., qui faisait l'objet de deux ordonnances de capture, s'est rebellé et retranché dans son appartement qu'il a saccagé. La présence d'une arme n'étant pas exclue, les forces spéciales sont intervenues et ont maîtrisé le forcené quatre heures plus tard. Il semble que ce dernier soit en proie à des problèmes psychiatriques. (VIM)

Il semble qu'au cours de son Fort Chabrol, l'homme âgé d'une trentaine d'années ait menacé "d'égorger sa mère si les policiers entraient chez lui". Or, sa mère n'était pas présente au moment des faits. C'est d'ailleurs elle qui s'est inquiétée de ne pas avoir de nouvelles depuis une semaine et qui a prévenu les forces de l'ordre. A l'arrivée de la police locale, Michaël K., qui faisait l'objet de deux ordonnances de capture, s'est rebellé et retranché dans son appartement qu'il a saccagé. La présence d'une arme n'étant pas exclue, les forces spéciales sont intervenues et ont maîtrisé le forcené quatre heures plus tard. Il semble que ce dernier soit en proie à des problèmes psychiatriques. (VIM)