Parmi les appels pour intoxication réelle ou supposée, la plus grande part provient de simples citoyens (76,56%). "Une équipe de treize médecins, assistée par un pharmacien, prend les appels en charge", précise le CAP. "Pour chaque appel, un avis rapide et adapté est donné sur la gravité potentielle de l'intoxication, les symptômes possibles et les mesures à prendre." Médicaments, produits d'entretien, pesticides, cosmétiques, drogues, plantes ou denrées alimentaires peuvent être en cause. Parmi les victimes d'un "contact" avec un produit potentiellement dangereux pour lesquelles le numéro du CAP est formulé, la moitié est composée d'adultes. L'autre moitié des plus de 47.000 victimes recensées compte une grande part d'enfants, surtout âgés de 1 à 4 ans, et des animaux. En ce qui concerne les produits, les médicaments restent en tête, étant en cause dans 51,7% des appels. Les produits d'entretien viennent ensuite (25,8%). (Belga)

Parmi les appels pour intoxication réelle ou supposée, la plus grande part provient de simples citoyens (76,56%). "Une équipe de treize médecins, assistée par un pharmacien, prend les appels en charge", précise le CAP. "Pour chaque appel, un avis rapide et adapté est donné sur la gravité potentielle de l'intoxication, les symptômes possibles et les mesures à prendre." Médicaments, produits d'entretien, pesticides, cosmétiques, drogues, plantes ou denrées alimentaires peuvent être en cause. Parmi les victimes d'un "contact" avec un produit potentiellement dangereux pour lesquelles le numéro du CAP est formulé, la moitié est composée d'adultes. L'autre moitié des plus de 47.000 victimes recensées compte une grande part d'enfants, surtout âgés de 1 à 4 ans, et des animaux. En ce qui concerne les produits, les médicaments restent en tête, étant en cause dans 51,7% des appels. Les produits d'entretien viennent ensuite (25,8%). (Belga)