"L'objectif est d'atteindre les 75 sangliers par 1000 hectares. Il faut nourrir nettement moins le gibier, grâce à la suppression des silos et de la mécanisation de l'épandage ainsi que l'interdiction du nourrissage à la betterave et au maïs. Il faut également chasser davantage et donner les moyens à l'administration d'intervenir plus rapidement lorsque les chasseurs ne le peuvent pas", a indiqué Carlo Di Antonio. Ce plan se décline en quatre objectifs: établir un état des lieux précis de la situation, réduire les populations excédentaires, éviter les concentrations et la prolifération du gibier, et responsabiliser le monde de la chasse. La population de sangliers en Wallonie a triplé en trente ans, passant de 8.484 à 24.369 bêtes. De 5.144 boisés, biches et faons en 1975, l'espèce cerf a atteint les 12.675 individus en 2010. Cette forte augmentation, qui perturbe l'équilibre faune-flore, est la cause de plusieurs facteurs, comme, notamment, la restriction des périodes d'ouverture de la chasse, la douceur de certains hivers et le nourrissage intensifié. (MUA)

"L'objectif est d'atteindre les 75 sangliers par 1000 hectares. Il faut nourrir nettement moins le gibier, grâce à la suppression des silos et de la mécanisation de l'épandage ainsi que l'interdiction du nourrissage à la betterave et au maïs. Il faut également chasser davantage et donner les moyens à l'administration d'intervenir plus rapidement lorsque les chasseurs ne le peuvent pas", a indiqué Carlo Di Antonio. Ce plan se décline en quatre objectifs: établir un état des lieux précis de la situation, réduire les populations excédentaires, éviter les concentrations et la prolifération du gibier, et responsabiliser le monde de la chasse. La population de sangliers en Wallonie a triplé en trente ans, passant de 8.484 à 24.369 bêtes. De 5.144 boisés, biches et faons en 1975, l'espèce cerf a atteint les 12.675 individus en 2010. Cette forte augmentation, qui perturbe l'équilibre faune-flore, est la cause de plusieurs facteurs, comme, notamment, la restriction des périodes d'ouverture de la chasse, la douceur de certains hivers et le nourrissage intensifié. (MUA)