Pour les deux exercices, les deux exécutifs doivent dégager quelque 520 millions d'euros, une somme considérable dans un contexte de déprime économique. Mercredi, le ministre du Budget, André Antoine, a d'ailleurs évoqué la nécessité de passer la "tondeuse" après le "peigne" des années précédentes. (PVO)

Pour les deux exercices, les deux exécutifs doivent dégager quelque 520 millions d'euros, une somme considérable dans un contexte de déprime économique. Mercredi, le ministre du Budget, André Antoine, a d'ailleurs évoqué la nécessité de passer la "tondeuse" après le "peigne" des années précédentes. (PVO)