Selon certaines sources, plusieurs vice-premiers ministres ont insisté sur le fait qu'il fallait tenir compte du contexte économique. Tout en respectant les engagements sur la trajectoire budgétaires, il faudra veiller à la capacité concurrentielle des entreprises. L'emploi sera au coeur des discussions d'autant plus que les mauvaises nouvelles s'accumulent. Après Arcelor-Mittal, Dow Chemical et Ford Genk, le gouvernement s'attend aussi de mauvaises nouvelles de la part de Duferco et NLMK à La Louvière où un Conseil d'entreprise extraordinaire est convoqué pour demain jeudi. Un groupe de travail technique se penchera déjà ce mercredi soir sur les chiffres du Comité de monitoring. Celui-ci a estimé l'effort pour 2013 à 3,7 milliards pour le fédéral. Toutefois, il semble qu'on n'ait plus tenu compte des 300 millions comptabilisés pour ce qu'on a appelé les compétences usurpées (des compétences transférées aux entités fédérées mais encore financées par le fédéral) ainsi que des montants prévus pour la responsabilisation des entités fédérées en matière de pension de leurs agents, soit 89 millions d'euros pour 2012 et un montant supérieur pour 2013. Au total cela représente environ un demi milliard d'euros qui viendrait à charge des entités fédérées. Le Comité restreint se réunit à nouveau vendredi. (PVO)

Selon certaines sources, plusieurs vice-premiers ministres ont insisté sur le fait qu'il fallait tenir compte du contexte économique. Tout en respectant les engagements sur la trajectoire budgétaires, il faudra veiller à la capacité concurrentielle des entreprises. L'emploi sera au coeur des discussions d'autant plus que les mauvaises nouvelles s'accumulent. Après Arcelor-Mittal, Dow Chemical et Ford Genk, le gouvernement s'attend aussi de mauvaises nouvelles de la part de Duferco et NLMK à La Louvière où un Conseil d'entreprise extraordinaire est convoqué pour demain jeudi. Un groupe de travail technique se penchera déjà ce mercredi soir sur les chiffres du Comité de monitoring. Celui-ci a estimé l'effort pour 2013 à 3,7 milliards pour le fédéral. Toutefois, il semble qu'on n'ait plus tenu compte des 300 millions comptabilisés pour ce qu'on a appelé les compétences usurpées (des compétences transférées aux entités fédérées mais encore financées par le fédéral) ainsi que des montants prévus pour la responsabilisation des entités fédérées en matière de pension de leurs agents, soit 89 millions d'euros pour 2012 et un montant supérieur pour 2013. Au total cela représente environ un demi milliard d'euros qui viendrait à charge des entités fédérées. Le Comité restreint se réunit à nouveau vendredi. (PVO)