La Flandre affirme être à l'équilibre et le Comité de monitoring vérifiera la donne; en revanche, il semble que contrairement aux déclarations faites par le ministre du Budget et des Finances de la fédération Wallonie-Bruxelles, André Antoine, les entités francophones soient en "léger retard par rapport aux objectifs du programme de stabilité", a affirmé Didier Reynders. Qui plus est, indépendamment de cette situation, nous sommes "étonnés du discours" selon lequel une marge a été réservée pour le fédéral, a-t-il ajouté, précisant que les chiffres des entités francophones ne donnaient pas le sentiment d'aller dans le sens des 300 millions d'euros inscrits par le fédéral pour les compétences usurpées ou des 89 millions d'euros de responsabilisation de pension. Selon le ministre Reynders, cet avis est partagé au sein du gouvernement fédéral. (OCH)

La Flandre affirme être à l'équilibre et le Comité de monitoring vérifiera la donne; en revanche, il semble que contrairement aux déclarations faites par le ministre du Budget et des Finances de la fédération Wallonie-Bruxelles, André Antoine, les entités francophones soient en "léger retard par rapport aux objectifs du programme de stabilité", a affirmé Didier Reynders. Qui plus est, indépendamment de cette situation, nous sommes "étonnés du discours" selon lequel une marge a été réservée pour le fédéral, a-t-il ajouté, précisant que les chiffres des entités francophones ne donnaient pas le sentiment d'aller dans le sens des 300 millions d'euros inscrits par le fédéral pour les compétences usurpées ou des 89 millions d'euros de responsabilisation de pension. Selon le ministre Reynders, cet avis est partagé au sein du gouvernement fédéral. (OCH)