Contraint à la rigueur, l'exécutif francophone envisage de revoir l'accord de la Saint-Boniface de 2001, lequel prévoyait de revaloriser les allocations de fonctionnement de l'enseignement subventionné. Le gouvernement envisage en parallèle de réduire les dotations de fonctionnement des écoles officielles. Dans un communiqué mercredi, la CGSP presse l'Olivier de préserver l'accord de la Saint-Boniface, et de renoncer ainsi à toute économie sur les frais de fonctionnement des écoles. "La Saint-Boniface avait pour but d'améliorer les moyens financiers de l'enseignement et non pas, à un moment, de retirer une partie de ces montants à un réseau", souligne le syndicat dans un communiqué mercredi. "Nous ne comprenons toujours pas pourquoi le pouvoir organisateur du réseau de la Fédération Wallonie-Bruxelles défend cette proposition", ajoute celui-ci. Pour la CGSP, plutôt que d'économiser sur le dos de l'école, il conviendrait plutôt aux Régions de livrer "un effort budgétaire" au profit de l'enseignement "afin de sauvegarder l'emploi et de bonnes conditions de travail pour tous". (Belga)

Contraint à la rigueur, l'exécutif francophone envisage de revoir l'accord de la Saint-Boniface de 2001, lequel prévoyait de revaloriser les allocations de fonctionnement de l'enseignement subventionné. Le gouvernement envisage en parallèle de réduire les dotations de fonctionnement des écoles officielles. Dans un communiqué mercredi, la CGSP presse l'Olivier de préserver l'accord de la Saint-Boniface, et de renoncer ainsi à toute économie sur les frais de fonctionnement des écoles. "La Saint-Boniface avait pour but d'améliorer les moyens financiers de l'enseignement et non pas, à un moment, de retirer une partie de ces montants à un réseau", souligne le syndicat dans un communiqué mercredi. "Nous ne comprenons toujours pas pourquoi le pouvoir organisateur du réseau de la Fédération Wallonie-Bruxelles défend cette proposition", ajoute celui-ci. Pour la CGSP, plutôt que d'économiser sur le dos de l'école, il conviendrait plutôt aux Régions de livrer "un effort budgétaire" au profit de l'enseignement "afin de sauvegarder l'emploi et de bonnes conditions de travail pour tous". (Belga)