"Nous avons eu l'occasion d'exposer notre cause à Elio Di Rupo, qui s'est engagé à contacter le médiateur fédéral au sujet du groupe d'Afghans qui occupe actuellement l'église du Béguinage. Il s'agit là d'un signal positif et nous avons donc décidé de suspendre notre action", a indiqué mardi Anissa, l'une des grévistes de la faim. "Nous allons maintenant voir ce qui va être concrètement entrepris pour les Afghans. Si toutefois le blocage persiste, nous reprendrons notre grève de la faim", a-t-elle conclu. Les Afghans demandent, entre autres, l'instauration d'un moratoire contre les expulsions en Afghanistan et un statut légal pour l'ensemble des réfugiés afghans déjà présents sur le territoire belge. (Belga)

"Nous avons eu l'occasion d'exposer notre cause à Elio Di Rupo, qui s'est engagé à contacter le médiateur fédéral au sujet du groupe d'Afghans qui occupe actuellement l'église du Béguinage. Il s'agit là d'un signal positif et nous avons donc décidé de suspendre notre action", a indiqué mardi Anissa, l'une des grévistes de la faim. "Nous allons maintenant voir ce qui va être concrètement entrepris pour les Afghans. Si toutefois le blocage persiste, nous reprendrons notre grève de la faim", a-t-elle conclu. Les Afghans demandent, entre autres, l'instauration d'un moratoire contre les expulsions en Afghanistan et un statut légal pour l'ensemble des réfugiés afghans déjà présents sur le territoire belge. (Belga)