Le débat mettait aux prises côté francophone, les trois Vice-premiers ministres qui se présenteront sur des listes à Bruxelles, à savoir Didier Reynders (MR), Laurette Onkelinx (PS) et Joëlle Milquet (cdH); le co-président d'Ecolo Olivier Deleuze et le chef de file bruxellois des FDF Didier Gosuin. Les protagonistes néerlandophones étaient les présidents du CD&V Wouter Beke et de Groen Wouter Van Besien, le député N-VA Ben Weyts, ainsi que le ministre flamand du sp.a Pascal Smet et le ministre bruxellois Guy Vanhengel (Open VLD). Côté francophone, le MR et le FDF, dans l'opposition à la fédération Wallonie Bruxelles et à Bruxelles ont été les plus virulents sur l'évolution de la qualité de l'enseignement et de la formation. Pour Didier Reynders, les dix ans de majorité olivier à la fédération Wallonie Bruxelles et dans les Régions sont caractérisés par un investissement insuffisant dans la formation des jeunes. Didier Gosuin a estimé, "comme Charles Picqué", que la grande déception portait sur le sous-investissement de la Communauté française dans l'enseignement et la formation. Laurette Onkelinx a quant à elle réitéré son plaidoyer pour offrir aux jeunes sortis de l'école soit un job, soit une formation, soit un apprentissage. Joëlle Milquet entend accorder la priorité aux 0-25 ans en vue de la prochaine législature. Les ministres flamands de l'Enseignement Pascal Smet (Communauté flamande) et Guy Vanhengel (Commission Communautaire flamande) ont eux aussi jugé l'enseignement prioritaire pour arriver à relever le défi social bruxellois. (Belga)

Le débat mettait aux prises côté francophone, les trois Vice-premiers ministres qui se présenteront sur des listes à Bruxelles, à savoir Didier Reynders (MR), Laurette Onkelinx (PS) et Joëlle Milquet (cdH); le co-président d'Ecolo Olivier Deleuze et le chef de file bruxellois des FDF Didier Gosuin. Les protagonistes néerlandophones étaient les présidents du CD&V Wouter Beke et de Groen Wouter Van Besien, le député N-VA Ben Weyts, ainsi que le ministre flamand du sp.a Pascal Smet et le ministre bruxellois Guy Vanhengel (Open VLD). Côté francophone, le MR et le FDF, dans l'opposition à la fédération Wallonie Bruxelles et à Bruxelles ont été les plus virulents sur l'évolution de la qualité de l'enseignement et de la formation. Pour Didier Reynders, les dix ans de majorité olivier à la fédération Wallonie Bruxelles et dans les Régions sont caractérisés par un investissement insuffisant dans la formation des jeunes. Didier Gosuin a estimé, "comme Charles Picqué", que la grande déception portait sur le sous-investissement de la Communauté française dans l'enseignement et la formation. Laurette Onkelinx a quant à elle réitéré son plaidoyer pour offrir aux jeunes sortis de l'école soit un job, soit une formation, soit un apprentissage. Joëlle Milquet entend accorder la priorité aux 0-25 ans en vue de la prochaine législature. Les ministres flamands de l'Enseignement Pascal Smet (Communauté flamande) et Guy Vanhengel (Commission Communautaire flamande) ont eux aussi jugé l'enseignement prioritaire pour arriver à relever le défi social bruxellois. (Belga)