"Nous manifestons pour apporter notre soutien au gouvernement syrien en place et à la vraie démocratie, pas celle que l'Europe et les Etats-Unis veulent imposer en Syrie pour servir leurs propres intérêts. Il y a trois ans, des gens ont soi-disant commencé à vouloir la démocratie et la liberté en Syrie et se sont insurgés contre un Etat laïc pour le remplacer par des islamistes radicaux financés par l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie", a estimé Ani Ghanbour, organisateur de la manifestation. "Or, on n'instaure pas la démocratie avec les armes et en tuant la population, mais dans les bureaux de vote. La manifestation a également pour but d'attirer l'attention sur deux prêtres kidnappés par les islamistes il y a un an et qui sont toujours détenus. Nous voulons aussi avoir des informations sur les 92 personnes prises en otages par les extrémistes islamistes rebelles lors du massacre de Latakia, en août 2013, et dont nous exigeons la remise en liberté", a-t-il ajouté. (Belga)

"Nous manifestons pour apporter notre soutien au gouvernement syrien en place et à la vraie démocratie, pas celle que l'Europe et les Etats-Unis veulent imposer en Syrie pour servir leurs propres intérêts. Il y a trois ans, des gens ont soi-disant commencé à vouloir la démocratie et la liberté en Syrie et se sont insurgés contre un Etat laïc pour le remplacer par des islamistes radicaux financés par l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie", a estimé Ani Ghanbour, organisateur de la manifestation. "Or, on n'instaure pas la démocratie avec les armes et en tuant la population, mais dans les bureaux de vote. La manifestation a également pour but d'attirer l'attention sur deux prêtres kidnappés par les islamistes il y a un an et qui sont toujours détenus. Nous voulons aussi avoir des informations sur les 92 personnes prises en otages par les extrémistes islamistes rebelles lors du massacre de Latakia, en août 2013, et dont nous exigeons la remise en liberté", a-t-il ajouté. (Belga)