Les 26 policiers, en majorité à la retraite aujourd'hui, sont accusés d'avoir exécuté le 2 octobre 1992 quinze détenus du pavillon 9 au premier étage de la prison de Carandiru, considérée à l'époque comme la plus grande d'Amérique latine avec 8.000 détenus. Ces membres d'une unité spéciale étaient intervenus après une bagarre entre détenus, qui avait dégénéré en mutinerie dans cette maison d'arrêt surpeuplée. Il aura fallu attendre plus de 20 ans pour voir s'ouvrir ce procès, le plus grand de l'histoire de Sao Paulo en nombre d'accusés. Au total 79 policiers ont été tenus pour responsables du massacre. Le procès, qui devrait durer au moins dix jours, aura lieu en quatre temps, en fonction de l'étage où les policiers sont intervenus le jour du massacre. Trois autres audiences auront ainsi lieu à trois mois d'intervalle. Aucun policier ayant participé à l'intervention dans le pénitencier n'a été tué ou blessé, alors qu'il y a eu 87 blessés parmi les détenus. A ce jour, une seule personne a été jugée pour ce massacre, le colonel Ubiratan Guimaraes, qui avait commandé l'opération. Il a été condamné à 632 ans de prison en 2001 mais a été acquitté en février 2006 lors d'un second jugement. Sept mois plus tard, il a été retrouvé mort à son domicile, tué d'une balle dans la poitrine, un crime non élucidé à ce jour. (Belga)

Les 26 policiers, en majorité à la retraite aujourd'hui, sont accusés d'avoir exécuté le 2 octobre 1992 quinze détenus du pavillon 9 au premier étage de la prison de Carandiru, considérée à l'époque comme la plus grande d'Amérique latine avec 8.000 détenus. Ces membres d'une unité spéciale étaient intervenus après une bagarre entre détenus, qui avait dégénéré en mutinerie dans cette maison d'arrêt surpeuplée. Il aura fallu attendre plus de 20 ans pour voir s'ouvrir ce procès, le plus grand de l'histoire de Sao Paulo en nombre d'accusés. Au total 79 policiers ont été tenus pour responsables du massacre. Le procès, qui devrait durer au moins dix jours, aura lieu en quatre temps, en fonction de l'étage où les policiers sont intervenus le jour du massacre. Trois autres audiences auront ainsi lieu à trois mois d'intervalle. Aucun policier ayant participé à l'intervention dans le pénitencier n'a été tué ou blessé, alors qu'il y a eu 87 blessés parmi les détenus. A ce jour, une seule personne a été jugée pour ce massacre, le colonel Ubiratan Guimaraes, qui avait commandé l'opération. Il a été condamné à 632 ans de prison en 2001 mais a été acquitté en février 2006 lors d'un second jugement. Sept mois plus tard, il a été retrouvé mort à son domicile, tué d'une balle dans la poitrine, un crime non élucidé à ce jour. (Belga)