Le député wallon et son épouse se trouvaient dans un hôtel à Ostende le soir du 31 octobre. Selon la version de l'inculpé, le couple s'est disputé et en est brièvement venu aux mains. Après une sieste, il a ensuite découvert le corps sans vie de Véronique Pirotton dans la salle de bain. Il s'agit selon lui d'un suicide, thèse qui ne tient pas la route d'après le parquet. L'avocat de Bernard Wesphael avait demandé sa remise en liberté. Me Bauwens a estimé après l'audience qu'il n'y avait plus suffisamment d'éléments pour prolonger la détention provisoire de son client. Il n'a pas fait de commentaires sur le fond mais s'est dit "renforcé par le contenu du dossier" et satisfait du déroulement de l'enquête. Bernard Wesphael souffre de problèmes cardiaques et d'hypertension artérielle, raisons pour lesquelles il ne s'est pas rendu jeudi à l'audience de la chambre du conseil, afin de recevoir des soins à la prison de Bruges. (Belga)

Le député wallon et son épouse se trouvaient dans un hôtel à Ostende le soir du 31 octobre. Selon la version de l'inculpé, le couple s'est disputé et en est brièvement venu aux mains. Après une sieste, il a ensuite découvert le corps sans vie de Véronique Pirotton dans la salle de bain. Il s'agit selon lui d'un suicide, thèse qui ne tient pas la route d'après le parquet. L'avocat de Bernard Wesphael avait demandé sa remise en liberté. Me Bauwens a estimé après l'audience qu'il n'y avait plus suffisamment d'éléments pour prolonger la détention provisoire de son client. Il n'a pas fait de commentaires sur le fond mais s'est dit "renforcé par le contenu du dossier" et satisfait du déroulement de l'enquête. Bernard Wesphael souffre de problèmes cardiaques et d'hypertension artérielle, raisons pour lesquelles il ne s'est pas rendu jeudi à l'audience de la chambre du conseil, afin de recevoir des soins à la prison de Bruges. (Belga)