"Je lui ai dit que cela ne nous rapproche pas de la paix. Et je lui ai demandé de faire jouer son influence pour qu'ils (les séparatistes) arrêtent de tuer nos citoyens", a affirmé M. Zelensky lors d'une conférence de presse. "Ce ne sont pas des jouets", a-t-il dit. Quatre soldats ukrainiens ont été tués mardi lors d'une attaque de séparatistes pro-russes dans l'Est du pays, le bilan le plus lourd depuis le début d'une nouvelle trêve il y a deux semaines. Evoquant une "longue conversation" avec M. Poutine, M. Zelensky a indiqué avoir ensuite appelé le président français Emmanuel Macron et affirmé qu'il souhaitait également contacter prochainement la chancelière allemande Angela Merkel pour organiser une "rencontre urgente" entre les trois dirigeants. M. Zelensky a soutenu que l'armée ukrainienne allait poursuivre des opérations de déminage dans les zones en guerre et qu'il fallait "accélérer" la construction d'un pont au checkpoint de Stanitsa Lougansk, entre les territoires séparatistes et ukrainien. Depuis avril 2014, près de 13.000 personnes sont mortes dans l'Est de l'Ukraine, où un conflit contre des séparatistes pro-russes a éclaté après le soulèvement populaire du Maïdan ayant conduit au départ d'un gouvernement pro-russe à Kiev, suivi de l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou. Après les accords de Minsk en février 2015, les combats ont baissé en intensité mais continuent de faire régulièrement des victimes. (Belga)