Dans une interview accordée au Vif/L'Express de cette semaine, Yvan Mayeur annonce donc avoir "mis des limites" à sa loyauté envers le gouvernement fédéral et les avoir "exposées au bureau du PS en présence du Premier ministre", Elio Di Rupo. "Toucher à l'index serait franchir la limite de l'acceptable. Maintenir l'index, sauver la Sécu, garder une politique de santé publique, c'est mener une vraie politique de gauche. Vouloir faire mal aux gens, ce sont des mesures de droite.

" Dans le même élan, le député fédéral "vise le gouvernement bruxellois" aussi. Dans la capitale, "tout est réuni pour une explosion sociale. Il est temps que [le gouvernement dirigé par Charles Picqué (PS lui aussi)] se bouge! Il lui manque une dynamique. Il faut cesser de rester béat devant 20% de chômeurs en Région bruxelloise."

Levif.be

Dans une interview accordée au Vif/L'Express de cette semaine, Yvan Mayeur annonce donc avoir "mis des limites" à sa loyauté envers le gouvernement fédéral et les avoir "exposées au bureau du PS en présence du Premier ministre", Elio Di Rupo. "Toucher à l'index serait franchir la limite de l'acceptable. Maintenir l'index, sauver la Sécu, garder une politique de santé publique, c'est mener une vraie politique de gauche. Vouloir faire mal aux gens, ce sont des mesures de droite." Dans le même élan, le député fédéral "vise le gouvernement bruxellois" aussi. Dans la capitale, "tout est réuni pour une explosion sociale. Il est temps que [le gouvernement dirigé par Charles Picqué (PS lui aussi)] se bouge! Il lui manque une dynamique. Il faut cesser de rester béat devant 20% de chômeurs en Région bruxelloise."Levif.be