Selon lui, au moins deux explosions ont éclaté lorsque l'avion a atterri et que les responsables ont commencé à sortir de l'appareil. Une source sécuritaire a fait état auprès de l'AFP de plusieurs blessés, mais aucun parmi les ministres présents. Dans un pays pauvre dévasté par les conflits, le nouveau gouvernement yéménite d'union rassemblant des ministres pro-pouvoir et des séparatistes du Sud a été formé le 18 décembre sous l'égide de l'Arabie saoudite. Ces deux camps qui se disputaient le pouvoir dans le sud restent en principe alliés depuis six ans contre les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran et qui se sont emparés d'une grande partie du nord du pays, dont la capitale Sanaa. De profondes divisions dans le camp anti-Houthis avaient éclaté ces dernières années entre les partisans du gouvernement et les séparatistes du Sud, qui les accusent de corruption et de connivence avec les islamistes. L'Arabie saoudite a négocié un accord pour le partage du pouvoir dans le Sud et tentait depuis plus d'un an de former un nouveau gouvernement d'union afin de maintenir l'unité de la coalition face aux Houthis, sur le point de contrôler Marib, le dernier bastion du gouvernement dans le Nord. La guerre au Yémen a plongé ce pays, le plus pauvre de la péninsule arabique, dans la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU, avec une population au bord de la famine et menacée par les épidémies. (Belga)

Selon lui, au moins deux explosions ont éclaté lorsque l'avion a atterri et que les responsables ont commencé à sortir de l'appareil. Une source sécuritaire a fait état auprès de l'AFP de plusieurs blessés, mais aucun parmi les ministres présents. Dans un pays pauvre dévasté par les conflits, le nouveau gouvernement yéménite d'union rassemblant des ministres pro-pouvoir et des séparatistes du Sud a été formé le 18 décembre sous l'égide de l'Arabie saoudite. Ces deux camps qui se disputaient le pouvoir dans le sud restent en principe alliés depuis six ans contre les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran et qui se sont emparés d'une grande partie du nord du pays, dont la capitale Sanaa. De profondes divisions dans le camp anti-Houthis avaient éclaté ces dernières années entre les partisans du gouvernement et les séparatistes du Sud, qui les accusent de corruption et de connivence avec les islamistes. L'Arabie saoudite a négocié un accord pour le partage du pouvoir dans le Sud et tentait depuis plus d'un an de former un nouveau gouvernement d'union afin de maintenir l'unité de la coalition face aux Houthis, sur le point de contrôler Marib, le dernier bastion du gouvernement dans le Nord. La guerre au Yémen a plongé ce pays, le plus pauvre de la péninsule arabique, dans la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU, avec une population au bord de la famine et menacée par les épidémies. (Belga)