Les jurés ont estimé que le meurtre, qui n'était pas contesté, avait été prémédité car Xavier Van Den Brandt avait déclaré, à plusieurs reprises devant témoins, qu'il allait tuer Véronique Quidouce. D'ailleurs, il avait dit à un témoin qu'il l'étranglerait avant de la jeter dans le canal. Lors du drame, il l'avait bien étranglée mais l'avait jetée dans un ruisseau. Le mode opératoire est donc quasi similaire. Ensuite, il avait pris soin d'emporter le chien de la victime pour ne pas attirer l'attention des voisins. Les jurés ont aussi mis en évidence le fait que, bien qu'il avait annoncé sa rupture avec Véronique le jour de Noël, il avait passé toute la journée du 27 décembre avec elle. Il l'avait tuée quand les comptes en banque de la victime étaient à sec. Le débat sur la peine aura lieu jeudi après-midi. L'accusé encourt la peine de réclusion criminelle à perpétuité. (Belga)

Les jurés ont estimé que le meurtre, qui n'était pas contesté, avait été prémédité car Xavier Van Den Brandt avait déclaré, à plusieurs reprises devant témoins, qu'il allait tuer Véronique Quidouce. D'ailleurs, il avait dit à un témoin qu'il l'étranglerait avant de la jeter dans le canal. Lors du drame, il l'avait bien étranglée mais l'avait jetée dans un ruisseau. Le mode opératoire est donc quasi similaire. Ensuite, il avait pris soin d'emporter le chien de la victime pour ne pas attirer l'attention des voisins. Les jurés ont aussi mis en évidence le fait que, bien qu'il avait annoncé sa rupture avec Véronique le jour de Noël, il avait passé toute la journée du 27 décembre avec elle. Il l'avait tuée quand les comptes en banque de la victime étaient à sec. Le débat sur la peine aura lieu jeudi après-midi. L'accusé encourt la peine de réclusion criminelle à perpétuité. (Belga)