"Les trois outils sont aujourd'hui localisés au même endroit, à Liège, avec le partage d'un certain nombre de lieux et d'équipements", constate le ministre. "Si on regarde de près les missions exercées par ces trois outils, on constate des activités voisines, malgré des cibles différentes ou spécificités propres. (...) Mon raisonnement est qu'il faut maintenant doter la Wallonie d'une force de frappe de très haut niveau, rassemblant l'ensemble des forces, soit environ 200 équivalents temps plein." L'impact budgétaire de la mesure reste à déterminer. L'intention est d'aboutir à une intégration totale au 1er janvier 2023 avec, dès 2021, le rassemblement des départements support (back-office, communication, relations humaines, services juridiques). (Belga)

"Les trois outils sont aujourd'hui localisés au même endroit, à Liège, avec le partage d'un certain nombre de lieux et d'équipements", constate le ministre. "Si on regarde de près les missions exercées par ces trois outils, on constate des activités voisines, malgré des cibles différentes ou spécificités propres. (...) Mon raisonnement est qu'il faut maintenant doter la Wallonie d'une force de frappe de très haut niveau, rassemblant l'ensemble des forces, soit environ 200 équivalents temps plein." L'impact budgétaire de la mesure reste à déterminer. L'intention est d'aboutir à une intégration totale au 1er janvier 2023 avec, dès 2021, le rassemblement des départements support (back-office, communication, relations humaines, services juridiques). (Belga)