L'association de défense des animaux Gaïa a accusé le Jardin botanique d'avoir choisi une solution de facilité. M. Weyts souhaite connaître les circonstances dans lesquelles la décision a été prise et éviter qu'à l'avenir un tel fait se reproduise. Le ministre a reçu une réponse de l'institution de Meise: elle a suivi un avis de l'INBO (Institut flamand de la Nature et de la Forêt) et la décision d'abattre les animaux a été prise en dernier recours, après avoir épuisé les autres moyens. Une réunion associant les responsables du Jardin botanique et les services du Bien-être animal sera organisée afin d'éviter que des animaux ne doivent encore être abattus. (Belga)