"Ces abominables attaques montrent qu'il est urgent pour la communauté internationale de demander des comptes à l'armée birmane et de prendre des mesures pour empêcher les violations flagrantes et les atteintes aux droits humains", a-t-il précisé dans un communiqué. Washington a évoqué des informations faisant état de "violations flagrantes des droits humains", et de la destruction "de plus de cent habitations ainsi que des églises chrétiennes". "Nous condamnons ces actions brutales du régime birman contre des personnes, leurs maisons et leurs lieux de culte, qui mettent en évidence le mépris total du régime pour la vie et le bien-être de la population birmane", a-t-il ajouté. Vendredi, des médias locaux et des témoins ont rapporté que les forces armées de la junte avaient bombardé la ville de Thantlang dans l'Etat Chin après une confrontation avec des forces locales d'auto-défense. Selon des habitants, un incendie a ensuite ravagé la ville de 7.500 personnes, détruisant des dizaines d'habitations et autres bâtiments, dont un bureau de l'ONG Save the Children. Les militaires au pouvoir ont eux accusé samedi les forces de défense du peuple (PDF) d'être à l'origine de l'incendie, en faisant état de deux églises et 70 habitations détruites par le feu. Washington est aussi "profondément préoccupé par l'intensification des opérations militaires" dans plusieurs régions de la Birmanie, et appelle la junte à "cesser immédiatement les violences, libérer toutes les personnes injustement détenues et remettre la Birmanie sur la voie de la démocratie", a poursuivi le porte-parole. La Birmanie est plongée dans le chaos depuis le coup d'Etat militaire de février qui a été suivi d'une féroce répression. Le président américain Joe Biden avait exprimé mardi sa "profonde préoccupation" face aux violences en Birmanie lors du sommet annuel entre les Etats-Unis et l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean). (Belga)

"Ces abominables attaques montrent qu'il est urgent pour la communauté internationale de demander des comptes à l'armée birmane et de prendre des mesures pour empêcher les violations flagrantes et les atteintes aux droits humains", a-t-il précisé dans un communiqué. Washington a évoqué des informations faisant état de "violations flagrantes des droits humains", et de la destruction "de plus de cent habitations ainsi que des églises chrétiennes". "Nous condamnons ces actions brutales du régime birman contre des personnes, leurs maisons et leurs lieux de culte, qui mettent en évidence le mépris total du régime pour la vie et le bien-être de la population birmane", a-t-il ajouté. Vendredi, des médias locaux et des témoins ont rapporté que les forces armées de la junte avaient bombardé la ville de Thantlang dans l'Etat Chin après une confrontation avec des forces locales d'auto-défense. Selon des habitants, un incendie a ensuite ravagé la ville de 7.500 personnes, détruisant des dizaines d'habitations et autres bâtiments, dont un bureau de l'ONG Save the Children. Les militaires au pouvoir ont eux accusé samedi les forces de défense du peuple (PDF) d'être à l'origine de l'incendie, en faisant état de deux églises et 70 habitations détruites par le feu. Washington est aussi "profondément préoccupé par l'intensification des opérations militaires" dans plusieurs régions de la Birmanie, et appelle la junte à "cesser immédiatement les violences, libérer toutes les personnes injustement détenues et remettre la Birmanie sur la voie de la démocratie", a poursuivi le porte-parole. La Birmanie est plongée dans le chaos depuis le coup d'Etat militaire de février qui a été suivi d'une féroce répression. Le président américain Joe Biden avait exprimé mardi sa "profonde préoccupation" face aux violences en Birmanie lors du sommet annuel entre les Etats-Unis et l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean). (Belga)