Ce retrait intervient avant la date butoir fixée du 11 septembre sans pour autant être aussi rapide que ceux qui comptaient sur la date symbolique de la fête nationale américaine du 4 juillet. Les talibans se sont "réjouis" du départ des troupes étrangères de ces installations situées à 50 km au nord de Kaboul qui ont été le pivot des opérations américaines tout au long de la guerre déclenchée en 2001. C'est de là qu'étaient effectuées les frappes aériennes contre les talibans et leurs alliés d'Al-Qaïda et qu'était organisé le réapprovisionnement des soldats. "L'aérodrome de Bagram a été officiellement remis au ministère de la Défense. Les forces américaines et de la coalition se sont complètement retirées de la base et désormais les forces armées afghanes la protégeront et l'utiliseront pour combattre le terrorisme", a tweeté le porte-parole adjoint du ministère afghan de la Défense, Fawad Aman. Un responsable américain de la Défense avait auparavant confirmé, sous couvert d'anonymat, que "toutes les forces de la coalition" étaient parties de Bagram. "Nous nous réjouissons" de "ce départ", a déclaré à l'AFP le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid. "Leur retrait complet (d'Afghanistan) permettra aux Afghans de décider eux-mêmes de leur avenir." Les derniers soldats américains quitteront le territoire afghan d'ici "fin août", a indiqué vendredi la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki, soit avant la date butoir qui était celle du 20e anniversaire des attentats de 2001. "Nous sommes exactement sur la trajectoire" programmée, a affirmé le président Joe Biden au cours d'une conférence de presse. Les talibans ont quant à eux partout multiplié leurs offensives depuis que ce retrait final a débuté en mai, s'emparant de dizaines de districts ruraux, pendant que les forces de sécurité afghanes consolidaient leurs positions dans les grandes villes. La capacité de l'armée afghane à conserver le contrôle de l'aérodrome de Bagram pourrait être une des clés pour préserver la sécurité aux abords de Kaboul et pour maintenir la pression sur les insurgés. Joe Biden a à cet égard souligné vendredi que le gouvernement afghan devait désormais "être capable lui-même" de protéger en particulier la capitale. (Belga)

Ce retrait intervient avant la date butoir fixée du 11 septembre sans pour autant être aussi rapide que ceux qui comptaient sur la date symbolique de la fête nationale américaine du 4 juillet. Les talibans se sont "réjouis" du départ des troupes étrangères de ces installations situées à 50 km au nord de Kaboul qui ont été le pivot des opérations américaines tout au long de la guerre déclenchée en 2001. C'est de là qu'étaient effectuées les frappes aériennes contre les talibans et leurs alliés d'Al-Qaïda et qu'était organisé le réapprovisionnement des soldats. "L'aérodrome de Bagram a été officiellement remis au ministère de la Défense. Les forces américaines et de la coalition se sont complètement retirées de la base et désormais les forces armées afghanes la protégeront et l'utiliseront pour combattre le terrorisme", a tweeté le porte-parole adjoint du ministère afghan de la Défense, Fawad Aman. Un responsable américain de la Défense avait auparavant confirmé, sous couvert d'anonymat, que "toutes les forces de la coalition" étaient parties de Bagram. "Nous nous réjouissons" de "ce départ", a déclaré à l'AFP le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid. "Leur retrait complet (d'Afghanistan) permettra aux Afghans de décider eux-mêmes de leur avenir." Les derniers soldats américains quitteront le territoire afghan d'ici "fin août", a indiqué vendredi la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki, soit avant la date butoir qui était celle du 20e anniversaire des attentats de 2001. "Nous sommes exactement sur la trajectoire" programmée, a affirmé le président Joe Biden au cours d'une conférence de presse. Les talibans ont quant à eux partout multiplié leurs offensives depuis que ce retrait final a débuté en mai, s'emparant de dizaines de districts ruraux, pendant que les forces de sécurité afghanes consolidaient leurs positions dans les grandes villes. La capacité de l'armée afghane à conserver le contrôle de l'aérodrome de Bagram pourrait être une des clés pour préserver la sécurité aux abords de Kaboul et pour maintenir la pression sur les insurgés. Joe Biden a à cet égard souligné vendredi que le gouvernement afghan devait désormais "être capable lui-même" de protéger en particulier la capitale. (Belga)