Ces mesures interviennent quelques jours après la rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, durant laquelle les deux puissances semblaient avoir cherché des terrains d'entente. Le département d'État américain a pris des mesures contre cinq individus et une entité lors de la remise de son rapport annuel exigé par le Congrès sur la loi dite "Magnitsky", qui interdit l'entrée sur le sol américain et gèle les avoirs aux États-Unis des individus et entités accusés d'enfreindre les droits humains. Selon ce communiqué de la diplomatie américaine, ces individus sont "responsables de récentes violations gravement notoires des droits humains, y compris le meurtre extrajudiciaire du leader de l'opposition russe Boris Nemtsov et la torture et les meurtres extrajudiciaires de personnes LGBTI dans la République tchétchène". Boris Nemtsov, qui jouait un rôle important dans l'opposition à Vladimir Poutine et avait été vice-premier ministre à l'époque du président Boris Eltsine, a été abattu de quatre balles tirées à bout portant sur un pont à deux pas du Kremlin en 2015. "Ces actions seront suivies de mesures réciproques", a réagi l'ambassade russe aux Etats-Unis dans un communiqué, estimant que "ces décisions non constructives vont clairement à l'encontre des perspectives positives des récentes discussions russo-américaines à Sotchi". (Belga)