"L'exploitation odieuse par le Parti communiste chinois de la mort tragique de George Floyd afin de justifier son rejet autoritaire de la dignité humaine met une nouvelle fois en lumière son vrai visage", a estimé Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine. "Comme avec toutes les dictatures à travers l'histoire, aucun mensonge n'est trop obscène tant qu'il sert la soif de pouvoir du parti", a-t-il poursuivi, estimant que "le contraste" entre les deux pays était éclatant. "Notre presse libre couvre tous les événements du début à la fin afin que le monde entier puisse comprendre ce qui se passe", a-t-il en particulier souligné. La Chine a dénoncé la "maladie chronique" du racisme aux Etats-Unis et a montré du doigt ce qu'elle estime être une politique du "deux poids - deux mesures" de la part de la première puissance mondiale. Début juin, Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a en particulier fait le rapprochement entre les violences aux Etats-Unis et celles qui ont secoué l'an dernier la région semi-autonome chinoise de Hong Kong. "Pourquoi les Etats-Unis traitent-ils en héros les partisans de la violence et de la soi-disant indépendance de Hong Kong, tout en qualifiant d'émeutiers ceux qui dénoncent le racisme?", s'est-il interrogé. (Belga)

"L'exploitation odieuse par le Parti communiste chinois de la mort tragique de George Floyd afin de justifier son rejet autoritaire de la dignité humaine met une nouvelle fois en lumière son vrai visage", a estimé Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine. "Comme avec toutes les dictatures à travers l'histoire, aucun mensonge n'est trop obscène tant qu'il sert la soif de pouvoir du parti", a-t-il poursuivi, estimant que "le contraste" entre les deux pays était éclatant. "Notre presse libre couvre tous les événements du début à la fin afin que le monde entier puisse comprendre ce qui se passe", a-t-il en particulier souligné. La Chine a dénoncé la "maladie chronique" du racisme aux Etats-Unis et a montré du doigt ce qu'elle estime être une politique du "deux poids - deux mesures" de la part de la première puissance mondiale. Début juin, Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a en particulier fait le rapprochement entre les violences aux Etats-Unis et celles qui ont secoué l'an dernier la région semi-autonome chinoise de Hong Kong. "Pourquoi les Etats-Unis traitent-ils en héros les partisans de la violence et de la soi-disant indépendance de Hong Kong, tout en qualifiant d'émeutiers ceux qui dénoncent le racisme?", s'est-il interrogé. (Belga)