L'ajustement budgétaire tiendra compte de l'évolution des paramètres macro-économiques et du cadre réglementaire issu de la Loi Spéciale de Financement, a précisé le ministre. "Au niveau des recettes, cela aura notamment un impact sur les dotations des compétences transférées. Au niveau des dépenses, les adaptations seront limitées le plus possible aux dépenses dont la non-intégration dans le décret budgétaire porteraient atteinte à la continuité des services de l'Etat", a-t-il détaillé. Le budget initial 2020, lui, devrait être soumis au vote des parlementaires avant la fin de l'année, a encore indiqué Jean-Luc Crucke. Pour rappel, la majorité PS-MR-Ecolo a décidé de reporter le retour à l'équilibre budgétaire à 2024. (Belga)