Le libéral a indiqué dans un tweet s'être entretenu par téléphone avec la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, de quoi lui rappeler que le pays "est tenu de respecter le principe de libre circulation dans l'Union". La Commission attend donc des autorités belges "une date de fin de l'interdiction des voyages non-essentiels" ainsi que la mise en place de "mesures moins restrictives (tests et quarantaines)" pour encadrer les voyages au-delà des frontières et éviter qu'ils ne participent à une circulation accrue du coronavirus. La Commission rappelle régulièrement que les 27 Etats membres ont approuvé des recommandations communes quant à la gestion des déplacements transfrontaliers dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Ces recommandations déconseillent essentiellement les interdictions générales, et mettent en avant que toute mesure doit être proportionnée, justifiée et non-discriminatoire. L'interdiction belge des voyages non essentiels est entrée en vigueur le 27 janvier dernier, puis a été prolongée à deux reprises, alors même que le commissaire Reynders avait d'emblée estimé qu'elle n'était "pas conforme aux recommandations", mais a priori "pas illégale" non plus. Il y a deux semaines, le comité de concertation a décidé de la maintenir jusqu'au 18 avril, "pour le moment", mais avec réévaluation au comité de concertation suivant, qui devait initialement avoir lieu le 26 mars. (Belga)

Le libéral a indiqué dans un tweet s'être entretenu par téléphone avec la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, de quoi lui rappeler que le pays "est tenu de respecter le principe de libre circulation dans l'Union". La Commission attend donc des autorités belges "une date de fin de l'interdiction des voyages non-essentiels" ainsi que la mise en place de "mesures moins restrictives (tests et quarantaines)" pour encadrer les voyages au-delà des frontières et éviter qu'ils ne participent à une circulation accrue du coronavirus. La Commission rappelle régulièrement que les 27 Etats membres ont approuvé des recommandations communes quant à la gestion des déplacements transfrontaliers dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Ces recommandations déconseillent essentiellement les interdictions générales, et mettent en avant que toute mesure doit être proportionnée, justifiée et non-discriminatoire. L'interdiction belge des voyages non essentiels est entrée en vigueur le 27 janvier dernier, puis a été prolongée à deux reprises, alors même que le commissaire Reynders avait d'emblée estimé qu'elle n'était "pas conforme aux recommandations", mais a priori "pas illégale" non plus. Il y a deux semaines, le comité de concertation a décidé de la maintenir jusqu'au 18 avril, "pour le moment", mais avec réévaluation au comité de concertation suivant, qui devait initialement avoir lieu le 26 mars. (Belga)