Si de nombreuses contaminations sont détectées chez les 0-9 ans, cela s'explique simplement parce qu'ils n'ont pas encore eu accès à la vaccination, a souligné Mme Désir. "Vous n'êtes pas responsables (...), ce n'est pas de votre faute", a-t-elle adressé aux enfants. Les mesures prises - port du masque dès 6 ans, hybridation de l'enseignement supérieur, congés anticipés pour le maternel et le primaire - "ne sont pas une punition, il ne faut pas le vivre comme ça", a-t-elle demandé. "On sait que c'est difficile, le port du masque c'est difficile, mais on va vous aider", a promis la ministre, ajoutant qu'il avait été demandé aux instituteurs et institutrices d'accompagner les élèves, notamment en permettant des moments de pause. "C'est à nous, adultes, à prendre nos responsabilités, à nous protéger, à respecter les gestes barrières, à limiter nos contacts entre adultes", a-t-elle plaidé. "On va essayer ensemble de franchir ce cap." La ministre Désir a aussi tenu à s'adresser aux adolescents, confrontés au retour d'un enseignement hybride entre présentiel et distanciel à partir de mercredi "s'il n'y a pas d'examens". Les évaluations se tiendront en effet en présentiel. Ce mode hybride est mis en place "pour une durée limitée dans le temps. Ce n'est pas le modèle que nous voulons", a insisté Caroline Désir, soulignant que cet enseignement avait été difficile à vivre tant pour les adolescents que pour le corps professoral l'an dernier. "On vous demande de nous aider à passer le cap, ces efforts sont demandés pour retrouver une scolarité normale." "On arrivera à redémarrer en janvier en présentiel", a pronostiqué la ministre, optimiste. (Belga)

Si de nombreuses contaminations sont détectées chez les 0-9 ans, cela s'explique simplement parce qu'ils n'ont pas encore eu accès à la vaccination, a souligné Mme Désir. "Vous n'êtes pas responsables (...), ce n'est pas de votre faute", a-t-elle adressé aux enfants. Les mesures prises - port du masque dès 6 ans, hybridation de l'enseignement supérieur, congés anticipés pour le maternel et le primaire - "ne sont pas une punition, il ne faut pas le vivre comme ça", a-t-elle demandé. "On sait que c'est difficile, le port du masque c'est difficile, mais on va vous aider", a promis la ministre, ajoutant qu'il avait été demandé aux instituteurs et institutrices d'accompagner les élèves, notamment en permettant des moments de pause. "C'est à nous, adultes, à prendre nos responsabilités, à nous protéger, à respecter les gestes barrières, à limiter nos contacts entre adultes", a-t-elle plaidé. "On va essayer ensemble de franchir ce cap." La ministre Désir a aussi tenu à s'adresser aux adolescents, confrontés au retour d'un enseignement hybride entre présentiel et distanciel à partir de mercredi "s'il n'y a pas d'examens". Les évaluations se tiendront en effet en présentiel. Ce mode hybride est mis en place "pour une durée limitée dans le temps. Ce n'est pas le modèle que nous voulons", a insisté Caroline Désir, soulignant que cet enseignement avait été difficile à vivre tant pour les adolescents que pour le corps professoral l'an dernier. "On vous demande de nous aider à passer le cap, ces efforts sont demandés pour retrouver une scolarité normale." "On arrivera à redémarrer en janvier en présentiel", a pronostiqué la ministre, optimiste. (Belga)