"Un leadership politique fort sera nécessaire pour parvenir à une conclusion rapide et fructueuse", a indiqué l'Allemande, dans un communiqué annonçant cette réunion à laquelle sont conviés Charles Michel (Conseil), la chancelière Angela Merkel (au nom de la présidence allemande du Conseil de l'UE) et David Sassoli (Parlement). La réunion est destinée à "faire le point sur les progrès accomplis et préparer les négociations politiques intenses qui se profilent à l'horizon." Les dirigeants des Vingt-sept doivent se retrouver à Bruxelles les 17 et 18 juillet prochains, en présence physique pour la première fois depuis le confinement. Ils doivent s'entendre sur le plan de relance à 1.850 milliards d'euros proposé par la Commission et soutenu par une grande partie du Parlement, avec pour la première fois dans l'histoire de l'UE un emprunt commun de grande envergure, pour répondre à la crise du coronavirus. "Parvenir à un accord rapide et ambitieux sur le plan européen de relance constitue la plus haute priorité de l'Union européenne pour les semaines à venir", insiste Mme von der Leyen, alors que Charles Michel mène d'intenses contacts avec les chefs d'État et de gouvernement. Le Belge devrait formuler lui-même une proposition d'accord en vue du sommet du 17 juillet. S'il dégage un accord sur le fonds de relance et le cadre financier pluriannuel (CFP) 2021-2027, le Conseil devra encore le négocier avec le Parlement, avec le soutien de la Commission. (Belga)

"Un leadership politique fort sera nécessaire pour parvenir à une conclusion rapide et fructueuse", a indiqué l'Allemande, dans un communiqué annonçant cette réunion à laquelle sont conviés Charles Michel (Conseil), la chancelière Angela Merkel (au nom de la présidence allemande du Conseil de l'UE) et David Sassoli (Parlement). La réunion est destinée à "faire le point sur les progrès accomplis et préparer les négociations politiques intenses qui se profilent à l'horizon." Les dirigeants des Vingt-sept doivent se retrouver à Bruxelles les 17 et 18 juillet prochains, en présence physique pour la première fois depuis le confinement. Ils doivent s'entendre sur le plan de relance à 1.850 milliards d'euros proposé par la Commission et soutenu par une grande partie du Parlement, avec pour la première fois dans l'histoire de l'UE un emprunt commun de grande envergure, pour répondre à la crise du coronavirus. "Parvenir à un accord rapide et ambitieux sur le plan européen de relance constitue la plus haute priorité de l'Union européenne pour les semaines à venir", insiste Mme von der Leyen, alors que Charles Michel mène d'intenses contacts avec les chefs d'État et de gouvernement. Le Belge devrait formuler lui-même une proposition d'accord en vue du sommet du 17 juillet. S'il dégage un accord sur le fonds de relance et le cadre financier pluriannuel (CFP) 2021-2027, le Conseil devra encore le négocier avec le Parlement, avec le soutien de la Commission. (Belga)