L'employé d'EgyptAir, qui n'est pas cité dans la déclaration, indique que l'armée égyptienne a trouvé d'autres débris vendredi. Les opérations de recherches se poursuivent. EgyptAir a confirmé dans un communiqué que les forces armées avaient repêché "plus de débris de l'avion, quelques effets personnels des passagers, des membres humains, des valises et des sièges de l'avion". Des premiers débris de l'Airbus A320 avaient déjà été découverts à 290 km au nord d'Alexandrie par les avions et navires déployés par l'armée égyptienne qui a dit poursuivre ses recherches. Des satellites ont par ailleurs détecté une possible nappe de pétrole "à environ 40 kilomètres" de l'endroit où l'avion a disparu, selon l'agence spatiale européenne (ESA). Selon AP, aucun nom de personnes suspectées de terrorisme ne figurait sur la liste des passagers. L'agence de presse indique avoir reçu la confirmation de trois responsables de services de renseignement européens. (Belga)

L'employé d'EgyptAir, qui n'est pas cité dans la déclaration, indique que l'armée égyptienne a trouvé d'autres débris vendredi. Les opérations de recherches se poursuivent. EgyptAir a confirmé dans un communiqué que les forces armées avaient repêché "plus de débris de l'avion, quelques effets personnels des passagers, des membres humains, des valises et des sièges de l'avion". Des premiers débris de l'Airbus A320 avaient déjà été découverts à 290 km au nord d'Alexandrie par les avions et navires déployés par l'armée égyptienne qui a dit poursuivre ses recherches. Des satellites ont par ailleurs détecté une possible nappe de pétrole "à environ 40 kilomètres" de l'endroit où l'avion a disparu, selon l'agence spatiale européenne (ESA). Selon AP, aucun nom de personnes suspectées de terrorisme ne figurait sur la liste des passagers. L'agence de presse indique avoir reçu la confirmation de trois responsables de services de renseignement européens. (Belga)