Dans le top cinq de la liste des métiers porteurs se trouvent les fonctions d'architecte d'intérieur, d'assistant commercial, de conducteur de grue, d'infirmier en soins généraux, de technicien d'installation de matériels de télécommunication, par exemple.

L'office wallon de l'emploi, a dressé cette liste en croisant le nombre d'offres d'emploi reçues pour ces métiers avec un indice synthétisant quatre critères: le taux d'insertion dans les six mois, le taux de satisfaction des offres d'emploi, la criticité du métier et l'indice de tension, explique Marie-Kristine Van Bockestal, administratrice générale.

Les métiers porteurs n'ont pas le caractère aigu des métiers en pénurie mais offrent néanmoins de belles perspectives d'emploi pour ceux qui s'y destinent. "Cela peut être utile aux formateurs, aux agents chargés d'orienter les demandeurs d'emploi mais aussi aux enseignants dans le secondaire", insiste la patronne du Forem.

La plupart des métiers "porteurs" sont des professions "anciennes", mais avec la numérisation, ils évoluent et s'hybrident. "Ils vont, pour des raisons d'efficience, exiger un maximum de compétences que l'on retrouve dans deux, voire trois métiers actuellement", analyse l'administratrice générale du Forem.

Le top 18:

  1. Architecte d'intérieur
  2. Assistant commercial
  3. Conducteur de grue
  4. Infirmier en soins généraux
  5. Technicien d'installation de matériels de télécommunication
  6. Responsable de gestion industrielle et logistique
  7. Vendeur à domicile
  8. Responsable logistique
  9. Electricien lignes et réseaux
  10. Laborantin des industries de process
  11. Responsable de maintenance industrielle
  12. Instituteur primaire
  13. Maître spécial (prof de gym, de religion, de langue ou d'arts dans le primaire)
  14. Responsable ressources humaines
  15. Assistant social
  16. Mécanicien d'entretien de voitures particulières et véhicules utilitaires légers
  17. Délégué commercial en biens de consommation
  18. Serveur en restauration