Le chef du gouvernement entend apporter de la sérénité dans le débat qui fait rage depuis quelques jours et permettre à tout le moins que les éclaircissements nécessaires soient apportés.

L'objectif demeure la mise en oeuvre de la directive européenne sur les retours, dans laquelle s'inscrit le projet de loi controversé. Puisque le débat parlementaire est appelé à encore durer quelques jours, le Premier ministre prendra un peu de temps pour "lever les malentendus et être à l'écoute des observations", particulièrement celles des juges d'instruction, a-t-on précisé.

Le projet de loi n'a pas fait l'objet de remarques négatives du Conseil d'État, a-t-on ajouté. Ces visites domiciliaires sont prévues en dernier recours et font l'objet d'une autorisation d'un juge d'instruction.

Le chef du gouvernement revient mercredi soir de sa visite à Moscou. La commission de l'Intérieur de la Chambre se réunira mercredi matin pour poursuivre ses travaux sur le projet de loi.

Le chef du gouvernement entend apporter de la sérénité dans le débat qui fait rage depuis quelques jours et permettre à tout le moins que les éclaircissements nécessaires soient apportés. L'objectif demeure la mise en oeuvre de la directive européenne sur les retours, dans laquelle s'inscrit le projet de loi controversé. Puisque le débat parlementaire est appelé à encore durer quelques jours, le Premier ministre prendra un peu de temps pour "lever les malentendus et être à l'écoute des observations", particulièrement celles des juges d'instruction, a-t-on précisé. Le projet de loi n'a pas fait l'objet de remarques négatives du Conseil d'État, a-t-on ajouté. Ces visites domiciliaires sont prévues en dernier recours et font l'objet d'une autorisation d'un juge d'instruction. Le chef du gouvernement revient mercredi soir de sa visite à Moscou. La commission de l'Intérieur de la Chambre se réunira mercredi matin pour poursuivre ses travaux sur le projet de loi.