C'est la première fois depuis près de 10 ans qu'un chef du gouvernement belge se rend à Kinshasa. La visite, avec également le vice-Premier ministre et ministre des Finances et de la Coopération au développement, Alexander De Croo (Open Vld), et le ministre de l'Intérieur, de la Sécurité et du Commerce extérieur, Pieter De Crem (CD&V), doit permettre de sceller une amitié ravivée après une longue crise diplomatique belgo-congolaise liée aux reports des élections générales initialement attendues en 2016 et qui se sont finalement tenues le 30 décembre 2018. La délégation belge se rendra à Kinshasa et à Lubumbashi, le chef-lieu de la province du Haut-Katanga (sud-est). En-dehors d'une rencontre avec le président, d'autres contacts politiques de haut niveau sont prévus, ainsi que des visites de terrain. Finalement, les ministres assisteront à une cérémonie pour la réouverture du consulat général de Belgique à Lubumbashi. Ce dernier a rouvert ses portes au public en janvier après deux ans de fermeture liés à la crise qui a grevé les relations entre la Belgique et son ancienne colonie ces dernières années. Les relations entre les deux pays se sont largement normalisées depuis l'entrée en fonction du nouveau président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le 24 janvier 2019. Ce dernier était sorti vainqueur de la présidentielle contestée du 30 décembre 2018. Bruxelles et Kinshasa avaient scellé leur réconciliation lors d'une visite officielle de M. Tshisekedi en Belgique en septembre. La dernière visite d'un Premier ministre belge à Kinshasa datait de juin 2010, quand Yves Leterme avait accompagné les souverains Albert et Paola pour célébrer au Congo le 50e anniversaire de l'indépendance du pays. L'avion gouvernemental vers Kinshasa sera chargé de plus de deux tonnes de matériel humanitaire. Deux ONG reconnues par la Coopération au développement ont été autorisées à y embarquer du fret. La visite prendra fin vendredi. Le ministre des Affaires étrangères du gouvernement en affaires courantes, Philippe Goffin, avait précédemment prévu une visite en RDC en janvier, qu'il avait ensuite "postposée" en dernière minute en raison de la tenue d'une réunion des chefs de la diplomatie des pays de l'Union européenne consacrée aux tensions entre les Etats-Unis et l'Iran. (Belga)

C'est la première fois depuis près de 10 ans qu'un chef du gouvernement belge se rend à Kinshasa. La visite, avec également le vice-Premier ministre et ministre des Finances et de la Coopération au développement, Alexander De Croo (Open Vld), et le ministre de l'Intérieur, de la Sécurité et du Commerce extérieur, Pieter De Crem (CD&V), doit permettre de sceller une amitié ravivée après une longue crise diplomatique belgo-congolaise liée aux reports des élections générales initialement attendues en 2016 et qui se sont finalement tenues le 30 décembre 2018. La délégation belge se rendra à Kinshasa et à Lubumbashi, le chef-lieu de la province du Haut-Katanga (sud-est). En-dehors d'une rencontre avec le président, d'autres contacts politiques de haut niveau sont prévus, ainsi que des visites de terrain. Finalement, les ministres assisteront à une cérémonie pour la réouverture du consulat général de Belgique à Lubumbashi. Ce dernier a rouvert ses portes au public en janvier après deux ans de fermeture liés à la crise qui a grevé les relations entre la Belgique et son ancienne colonie ces dernières années. Les relations entre les deux pays se sont largement normalisées depuis l'entrée en fonction du nouveau président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le 24 janvier 2019. Ce dernier était sorti vainqueur de la présidentielle contestée du 30 décembre 2018. Bruxelles et Kinshasa avaient scellé leur réconciliation lors d'une visite officielle de M. Tshisekedi en Belgique en septembre. La dernière visite d'un Premier ministre belge à Kinshasa datait de juin 2010, quand Yves Leterme avait accompagné les souverains Albert et Paola pour célébrer au Congo le 50e anniversaire de l'indépendance du pays. L'avion gouvernemental vers Kinshasa sera chargé de plus de deux tonnes de matériel humanitaire. Deux ONG reconnues par la Coopération au développement ont été autorisées à y embarquer du fret. La visite prendra fin vendredi. Le ministre des Affaires étrangères du gouvernement en affaires courantes, Philippe Goffin, avait précédemment prévu une visite en RDC en janvier, qu'il avait ensuite "postposée" en dernière minute en raison de la tenue d'une réunion des chefs de la diplomatie des pays de l'Union européenne consacrée aux tensions entre les Etats-Unis et l'Iran. (Belga)