Cette visite de Luis Videgaray intervient après l'annulation par le président mexicain Enrique Peña Nieto de sa visite à Washington - prévue le 31 janvier dernier - pour protester contre l'insistance du président américain Donald Trump à vouloir faire financer par le Mexique la construction d'un mur à la frontière. Malgré cette crise, les deux présidents se sont parlé au téléphone le 27 janvier et ont convenu que leurs équipes se réuniraient pour sortir de l'impasse. M. Videgaray doit s'entretenir avec Rex Tillerson et le secrétaire chargé de la Sécurité intérieure John Kelly pour aborder les questions de "la protection des Mexicains aux Etats-Unis, de l'immigration, de la sécurité et de l'infrastructure frontalière", selon un communiqué de la chancellerie mexicaine. Mardi, le ministre mexicain de l'Intérieur Miguel Angel Osorio Chong a discuté avec son homologue américain et convenu de se réunir "prochainement" avec lui à Mexico. Trump, qui avait qualifié les migrants sans papiers de "criminels" durant sa campagne, a signé un décret lançant le projet de construction d'un mur à la frontière, et promis de le faire payer par le Mexique. Le président républicain veut également renégocier, voire abroger, l'Accord nord-américain de libre-échange (Aléna), trop favorable selon lui aux intérêts mexicains. (Belga)

Cette visite de Luis Videgaray intervient après l'annulation par le président mexicain Enrique Peña Nieto de sa visite à Washington - prévue le 31 janvier dernier - pour protester contre l'insistance du président américain Donald Trump à vouloir faire financer par le Mexique la construction d'un mur à la frontière. Malgré cette crise, les deux présidents se sont parlé au téléphone le 27 janvier et ont convenu que leurs équipes se réuniraient pour sortir de l'impasse. M. Videgaray doit s'entretenir avec Rex Tillerson et le secrétaire chargé de la Sécurité intérieure John Kelly pour aborder les questions de "la protection des Mexicains aux Etats-Unis, de l'immigration, de la sécurité et de l'infrastructure frontalière", selon un communiqué de la chancellerie mexicaine. Mardi, le ministre mexicain de l'Intérieur Miguel Angel Osorio Chong a discuté avec son homologue américain et convenu de se réunir "prochainement" avec lui à Mexico. Trump, qui avait qualifié les migrants sans papiers de "criminels" durant sa campagne, a signé un décret lançant le projet de construction d'un mur à la frontière, et promis de le faire payer par le Mexique. Le président républicain veut également renégocier, voire abroger, l'Accord nord-américain de libre-échange (Aléna), trop favorable selon lui aux intérêts mexicains. (Belga)