C'est le temps qu'a passé un policier blanc agenouillé sur le cou de cet Afro-Américain de 46 ans, mort asphyxié le 25 mai lors son interpellation, un évènement qui a provoqué une vague historique de colère aux Etats-Unis. "Il n'y a pas d'excuse" pour avoir laissé si longtemps George Floyd plaqué au sol, a dit le révérend Al Sharpton, figure du mouvement de défense des droits civiques, à la fin de ces longues minutes de recueillement. "On ne doit pas laisser passer ça, on ne peut pas continuer à vivre comme ça", avait-il dit auparavant dans son éloge funèbre, avant d'appeler au silence. Il est temps que la police et la justice américaine rendent des comptes pour la mort d'Afro-Américains, a encore affirmé le révérend. "Le temps est venu de faire en sorte que des comptes soient rendus au sein du système judiciaire", a-t-il dit à l'adresse de l'Amérique, assurant que le pays était entré dans "l'ère où on s'occupe des méthodes policières". (Belga)

C'est le temps qu'a passé un policier blanc agenouillé sur le cou de cet Afro-Américain de 46 ans, mort asphyxié le 25 mai lors son interpellation, un évènement qui a provoqué une vague historique de colère aux Etats-Unis. "Il n'y a pas d'excuse" pour avoir laissé si longtemps George Floyd plaqué au sol, a dit le révérend Al Sharpton, figure du mouvement de défense des droits civiques, à la fin de ces longues minutes de recueillement. "On ne doit pas laisser passer ça, on ne peut pas continuer à vivre comme ça", avait-il dit auparavant dans son éloge funèbre, avant d'appeler au silence. Il est temps que la police et la justice américaine rendent des comptes pour la mort d'Afro-Américains, a encore affirmé le révérend. "Le temps est venu de faire en sorte que des comptes soient rendus au sein du système judiciaire", a-t-il dit à l'adresse de l'Amérique, assurant que le pays était entré dans "l'ère où on s'occupe des méthodes policières". (Belga)