Selon un bilan dressé lundi par les autorités indiennes, ces inondations ont déjà fait plus de 750 morts. "La situation ne cesse d'empirer. Au Népal, où les eaux commencent à refluer, nos équipes font face à des communautés qui ont perdu leur maison, leurs papiers d'identité, tout, et au Bangladesh et en Inde, le nombre de personne affectées croît d'heure en heure, alors que les eaux montent", a déclaré Jagan Chapagain, sous-secrétaire général pour les programmes et opérations auprès de la Fédération. Selon lui, il s'agit des "plus graves inondations en Asie du Sud depuis plusieurs décennies. Des communautés entières sont coupées de tout, le seul moyen de venir en aide à ces villages est le bateau, et beaucoup n'ont presque plus de vivres". Au Bangladesh, le Croissant-Rouge local a qualifié les inondations de pires jamais enregistrées dans le pays. "Les eaux se répandent du nord du pays vers le centre, recouvrant des villages entiers, beaucoup de communautés sont isolées, et n'ont aucun accès par la route", selon M. Mozharul Huq, secrétaire général du Croissant-Rouge du Bangladesh. (Belga)

Selon un bilan dressé lundi par les autorités indiennes, ces inondations ont déjà fait plus de 750 morts. "La situation ne cesse d'empirer. Au Népal, où les eaux commencent à refluer, nos équipes font face à des communautés qui ont perdu leur maison, leurs papiers d'identité, tout, et au Bangladesh et en Inde, le nombre de personne affectées croît d'heure en heure, alors que les eaux montent", a déclaré Jagan Chapagain, sous-secrétaire général pour les programmes et opérations auprès de la Fédération. Selon lui, il s'agit des "plus graves inondations en Asie du Sud depuis plusieurs décennies. Des communautés entières sont coupées de tout, le seul moyen de venir en aide à ces villages est le bateau, et beaucoup n'ont presque plus de vivres". Au Bangladesh, le Croissant-Rouge local a qualifié les inondations de pires jamais enregistrées dans le pays. "Les eaux se répandent du nord du pays vers le centre, recouvrant des villages entiers, beaucoup de communautés sont isolées, et n'ont aucun accès par la route", selon M. Mozharul Huq, secrétaire général du Croissant-Rouge du Bangladesh. (Belga)