Cette action de lutte contre l'immigration illégale et le trafic d'êtres humains était menée par la police fédérale anversoise en collaboration avec six zones de police et l'Office des étrangers. La police s'est concentrée essentiellement sur les trains en provenance de Bruxelles roulant en direction d'Anvers. "Des témoignages indiquent que les migrants se déplacent souvent depuis Bruxelles --surtout en transport en commun-- vers Anvers", explique-t-on. "Ils arrivent en train dans les gares de Berchem et d'Anvers-Central et prennent ensuite le tram ou le bus vers les parkings situés le long des autoroutes où ils tentent alors de monter clandestinement à bord de poids-lourds qui font route vers le Royaume-Uni". Ce trafic provoque des désagréments dans et aux alentours des gares, arrêts de bus et parkings autoroutiers, estime la police. Les actions de contrôle ont pour but de décourager non seulement les candidats à l'immigration mais aussi d'identifier passeurs et réseaux de trafiquants. Les 28 personnes arrêtées administrativement sont originaires du Soudan (17), d'Erythrée (10) et d'Ethiopie (1). Onze d'entre eux assurent être mineurs d'âge. (Belga)