Parmi les 11 francophones et 10 néerlandophones fleuries, on retrouve pour cette 6e édition des personnalités politiques comme la députée bruxelloise Viviane Teitelbaum (MR), pour ses actions visant à mettre un terme à la prostitution et à la traite des êtres humains, mais aussi des représentantes du milieu associatif belge qui s'engagent pour la paix, la réconciliation, les droits de la femme et le dialogue non violent.

"Une femme de paix 1325 ose lever le ton pour plaider la paix et travaille en collaboration avec les autres, souvent des femmes de la diaspora, à l'émancipation des organisations soeurs à l'étranger qui se battent contre la violence", ont notamment souligné les organisateurs. À l'image de Josée Mamaku, membre de l'ASBL Forum inter-régional des femmes congolaises pour le développement (Firefec) et qui aide les enfants soldats à se réinsérer dans la société. Comme la jeune chanteuse lyrique d'origine syrienne Soumaya Hallak, aussi qui, par le chant, transmet aux femmes et aux enfants des techniques de respiration post-traumatique.

Ou encore à l'instar de la metteuse en scène Frédéric Lecompte, qui monte des spectacles en Belgique, en République Démocratique du Congo, au Rwanda et au Burundi dans les zones de conflit avec et pour les communautés locales. Quatre projets d'anciennes lauréates ont également été primés et remportent un chèque de 500 euros. Aire de Femmes, porté par Louise Ngandu et Anne Monseu (femmes de paix 2012), a ainsi vu récompensé son travail d'accompagnement des victimes de viol et violences sexuelles dans la province congolaise du Kasaï.

Parmi les 11 francophones et 10 néerlandophones fleuries, on retrouve pour cette 6e édition des personnalités politiques comme la députée bruxelloise Viviane Teitelbaum (MR), pour ses actions visant à mettre un terme à la prostitution et à la traite des êtres humains, mais aussi des représentantes du milieu associatif belge qui s'engagent pour la paix, la réconciliation, les droits de la femme et le dialogue non violent. "Une femme de paix 1325 ose lever le ton pour plaider la paix et travaille en collaboration avec les autres, souvent des femmes de la diaspora, à l'émancipation des organisations soeurs à l'étranger qui se battent contre la violence", ont notamment souligné les organisateurs. À l'image de Josée Mamaku, membre de l'ASBL Forum inter-régional des femmes congolaises pour le développement (Firefec) et qui aide les enfants soldats à se réinsérer dans la société. Comme la jeune chanteuse lyrique d'origine syrienne Soumaya Hallak, aussi qui, par le chant, transmet aux femmes et aux enfants des techniques de respiration post-traumatique. Ou encore à l'instar de la metteuse en scène Frédéric Lecompte, qui monte des spectacles en Belgique, en République Démocratique du Congo, au Rwanda et au Burundi dans les zones de conflit avec et pour les communautés locales. Quatre projets d'anciennes lauréates ont également été primés et remportent un chèque de 500 euros. Aire de Femmes, porté par Louise Ngandu et Anne Monseu (femmes de paix 2012), a ainsi vu récompensé son travail d'accompagnement des victimes de viol et violences sexuelles dans la province congolaise du Kasaï.