Le tribunal des référés de Charleroi a entendu ce vendredi les plaidoiries des avocats de 25 détenus de la prison de Jamioulx qui demandent la condamnation de l'Etat belge si leurs conditions de détention minimales ne sont pas améliorées. Mercredi, la présidente Monique Levecque s'était rendue sur place pour se rendre compte de la situation. Elle a pu interroger les membres de la direction et quelques plaignants. Malgré toute la bonne volonté des premiers, qui se chargent de la distribution des repas et d'effectuer d'autres tâches pénibles, les conditions sanitaires et humaines se détériorent. Cette semaine, un détenu souffrant de la chaleur a été laissé inanimé durant plusieurs heures sans que l'on puisse lui porter secours. D'autres font du chantage au suicide. Les avocats des plaignants ont plaidé le cas de force majeure estimant que leurs clients faisaient l'objet de traitements inhumains et dégradants. L'Etat belge a par contre réfuté le caractère d'urgence de cette intervention en référés. Le tribunal rendra sa décision mardi matin. (Belga)

Le tribunal des référés de Charleroi a entendu ce vendredi les plaidoiries des avocats de 25 détenus de la prison de Jamioulx qui demandent la condamnation de l'Etat belge si leurs conditions de détention minimales ne sont pas améliorées. Mercredi, la présidente Monique Levecque s'était rendue sur place pour se rendre compte de la situation. Elle a pu interroger les membres de la direction et quelques plaignants. Malgré toute la bonne volonté des premiers, qui se chargent de la distribution des repas et d'effectuer d'autres tâches pénibles, les conditions sanitaires et humaines se détériorent. Cette semaine, un détenu souffrant de la chaleur a été laissé inanimé durant plusieurs heures sans que l'on puisse lui porter secours. D'autres font du chantage au suicide. Les avocats des plaignants ont plaidé le cas de force majeure estimant que leurs clients faisaient l'objet de traitements inhumains et dégradants. L'Etat belge a par contre réfuté le caractère d'urgence de cette intervention en référés. Le tribunal rendra sa décision mardi matin. (Belga)