Le nombre de trajets avait augmenté de 25% et le nombre de stations doublé entre 2011 et 2015. Villo n'a pas encore atteint ses limites, mais le système ne parvient pas à régler des problèmes structurels comme les différences d'altitude qui obligent l'exploitant JCDecaux à déplacer les vélos, selon Bruzz. Contrairement à Anvers, où 3,5 millions de trajets ont été effectués au départ de l'une des 150 stations en 2015 et où cinq équipes s'occupent continuellement de ces relocalisations entre 6h00 et 22h00, Villo ne réalise que trois tournées par jour, à 5h00, 11h00 et 17h00. Les distances entre stations sont aussi plus importantes, souligne-t-on du côté du ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet. (Belga)

Le nombre de trajets avait augmenté de 25% et le nombre de stations doublé entre 2011 et 2015. Villo n'a pas encore atteint ses limites, mais le système ne parvient pas à régler des problèmes structurels comme les différences d'altitude qui obligent l'exploitant JCDecaux à déplacer les vélos, selon Bruzz. Contrairement à Anvers, où 3,5 millions de trajets ont été effectués au départ de l'une des 150 stations en 2015 et où cinq équipes s'occupent continuellement de ces relocalisations entre 6h00 et 22h00, Villo ne réalise que trois tournées par jour, à 5h00, 11h00 et 17h00. Les distances entre stations sont aussi plus importantes, souligne-t-on du côté du ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet. (Belga)