"Après l'annulation du festival, nous avons dû fournir de la nourriture, du matériel et des douches aux festivaliers lésés", explique l'édile. "Les fournisseurs d'eau et d'électricité voulaient couper l'alimentation du site, mais nous sommes parvenus à un accord. Les 20.000 euros de caution reçus des organisateurs ne sont toutefois pas suffisants pour couvrir tous les frais engendrés par l'annulation", a précisé l'échevin, qui a également regretté les dégats causés à l'image de la ville. Le festival Vestiville a été annulé juste avant son ouverture le week-end dernier par le bourgmestre de Lommel pour raisons de sécurité. L'événement était censé accueillir plusieurs artistes hip-hop ou RnB très populaires, dont Cardi B, Future, Migos ou encore Maître Gims. Les deux organisateurs néerlandais, frère et soeur, ont été placés sous mandat d'arrêt dimanche. Ils sont soupçonnés d'avoir fourni de fausses preuves de paiement aux fournisseurs du festival et sont poursuivis pour faux en écriture, escroquerie et abus de confiance. Leur associé britannique a été rmis en liberté après son passage devant un juge d'instruction de Hasselt. (Belga)

"Après l'annulation du festival, nous avons dû fournir de la nourriture, du matériel et des douches aux festivaliers lésés", explique l'édile. "Les fournisseurs d'eau et d'électricité voulaient couper l'alimentation du site, mais nous sommes parvenus à un accord. Les 20.000 euros de caution reçus des organisateurs ne sont toutefois pas suffisants pour couvrir tous les frais engendrés par l'annulation", a précisé l'échevin, qui a également regretté les dégats causés à l'image de la ville. Le festival Vestiville a été annulé juste avant son ouverture le week-end dernier par le bourgmestre de Lommel pour raisons de sécurité. L'événement était censé accueillir plusieurs artistes hip-hop ou RnB très populaires, dont Cardi B, Future, Migos ou encore Maître Gims. Les deux organisateurs néerlandais, frère et soeur, ont été placés sous mandat d'arrêt dimanche. Ils sont soupçonnés d'avoir fourni de fausses preuves de paiement aux fournisseurs du festival et sont poursuivis pour faux en écriture, escroquerie et abus de confiance. Leur associé britannique a été rmis en liberté après son passage devant un juge d'instruction de Hasselt. (Belga)