Refusant d'ouvrir le coffret, une équipe des musées s'est alors rendue à l'université de Liège, au Sart Tilman, afin de réaliser une série de tests. Tout d'abord dans les services du professeur David Strivay qui a analysé les composants de l'objet en question afin de s'assurer qu'il ne contenait pas de plomb. L'objet a ensuite été soumis à un scanner réalisé auprès du service du professeur Philippe Coucke. Les images obtenues ont permis de démontrer la présence du c?ur dont l'état de conservation est jugé "satisfaisant". Sur les images, on identifie en effet l'origine de l'artère aorte et on peut y voir les différentes cavités de la partie gauche et droite du c?ur. Cette découverte est historique pour la ville de Verviers. "On restait sur notre faim depuis la découverte du coffret, maintenant on sait ce qu'il contient", s'est réjoui l'échevin en charge de la Culture, Jean-François Chefneux, qui a remercié l'université de Liège et le CHU pour leur contribution. Une vitrine dédiée au c?ur de David est toujours visible dans la grande salle du musée et ce jusqu'à ce que le coffret, qui n'a toujours pas été ouvert, reprenne place dans la fontaine de la Place Verte, à l'issue d'une cérémonie, du moins si la situation sanitaire le permet. (Belga)

Refusant d'ouvrir le coffret, une équipe des musées s'est alors rendue à l'université de Liège, au Sart Tilman, afin de réaliser une série de tests. Tout d'abord dans les services du professeur David Strivay qui a analysé les composants de l'objet en question afin de s'assurer qu'il ne contenait pas de plomb. L'objet a ensuite été soumis à un scanner réalisé auprès du service du professeur Philippe Coucke. Les images obtenues ont permis de démontrer la présence du c?ur dont l'état de conservation est jugé "satisfaisant". Sur les images, on identifie en effet l'origine de l'artère aorte et on peut y voir les différentes cavités de la partie gauche et droite du c?ur. Cette découverte est historique pour la ville de Verviers. "On restait sur notre faim depuis la découverte du coffret, maintenant on sait ce qu'il contient", s'est réjoui l'échevin en charge de la Culture, Jean-François Chefneux, qui a remercié l'université de Liège et le CHU pour leur contribution. Une vitrine dédiée au c?ur de David est toujours visible dans la grande salle du musée et ce jusqu'à ce que le coffret, qui n'a toujours pas été ouvert, reprenne place dans la fontaine de la Place Verte, à l'issue d'une cérémonie, du moins si la situation sanitaire le permet. (Belga)