Au terme de vastes investigations, coordonnées avec les polices belge et allemande, le parquet national antiterroriste vient de requérir une comparution devant les assises des Français Clément Baur et de Mahiedine Merabet, 27 et 33 ans aujourd'hui, pour "association de malfaiteurs terroriste". La décision finale sur ce procès, également réclamé pour dix hommes soupçonnés d'avoir fourni armes et munitions, revient d'ici un mois aux juges d'instruction. Le dossier, fruit d'une cyberinfiltration et d'une vaste surveillance téléphonique, est devenu emblématique pour l'antiterrorisme, qui le cite régulièrement pour défendre son accès aux "fadettes", menacé par la jurisprudence européenne. Même Clément Baur est conscient de son importance lui qui, une fois emprisonné, se vantera au parloir "d'être impliqué dans le 'deuxième plus gros attentat déjoué en France'", après celui de Reda Kriket, condamné en avril dernier à 24 ans de réclusion criminelle pour un projet en 2016. Retour sur ce mardi d'avril 2017: à cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle, alors que les services de sécurité des candidats sont sur les dents, Baur et Merabet sont interpellés à Marseille par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Dans leur appartement, les enquêteurs découvrent 3,5 kg de TATP, explosif artisanal prisé des djihadistes. Une partie est prête à l'emploi, une autre sèche sur des étagères, 250 grammes sont déjà dans une salière avec une mèche pour constituer une grenade. Un pistolet-mitrailleur Uzi, trois pistolets de calibre 7,65 mm, des centaines de munitions ainsi que des supports numériques sont saisis, selon le réquisitoire du 7 mai consulté par l'AFP. Parmi ces supports, la photographie d'une mise en scène: une tablette affiche une vidéo du groupe État islamique (EI) montrant des enfants blessés, près du journal Le Monde avec François Fillon en Une, des armes, et des dizaines de munitions disposées de manière à écrire "la loi du talion". Une semaine avant l'interpellation, la DGSI avait été alertée par des services étrangers sur le fait qu'un homme tentait de "transmettre en urgence une vidéo d'allégeance à des membres de l'État islamique". Une cyberinfiltration et de l'analyse téléphonique avait alors permis d'identifier Merabet. Mais l'antiterrorisme était déjà sur la piste de ce délinquant multirécidiviste de Roubaix. Il venait d'envoyer un message intrigant au commissariat de sa ville: "je vous donne ma pièce d'identité et ma carte (bancaire) car a cause de vous je n'en est plus utiliter (sic). Je vais bientôt rentrer me rendre on discutera (...) je vie d'amour et d'eau fraiche je m'édite laisser moi Tranquil... salut". Au cours de l'instruction, Merabet conteste tout projet d'attentat, invoquant sa "passion pour la chimie" et un projet de revente du TATP. Il admet toutefois avoir "voulu faire une bêtise" en voyant le nombre de victimes en Irak et avoir envisagé "un petit coup d'éclat" avec la salière de TATP près du meeting de Marine Le Pen, prévu le lendemain. Avant de se raviser. Le jeune homme était fiché S depuis sa radicalisation en prison, notamment après avoir partagé début 2015 la cellule de Clément Baur, incarcéré quelques mois sous une fausse identité de réfugié du Daghestan, en Russie. Ce dernier assume pour sa part son appartenance idéologique à l'EI. Il reconnaît avoir évoqué avec son complice un projet meurtrier, mais affirme s'être ravisé, assurant n'avoir sérieusement envisagé que des "dégâts matériels" sur une "cible institutionnelle", en représailles aux frappes en Syrie. La sonorisation de ses parloirs sera plus fructueuse: devant ses parents, il martèle sa haine de la France des "croisés", opposant les victimes des bombardements français en Syrie aux "130 porcs qui écoutent de la musique" au Bataclan. "Quand je vais sortir (...) je vais me faire exploser inshallah !", lance-t-il un jour. A son père, il raconte une autre fois "leurs hésitations entre une opération suicide et une attaque suivie d'un départ vers la Syrie", ajoutant qu'il aurait "préféré mourir, tomber en martyr" qu'être en prison. Toutefois, "malgré une enquête de quatre ans, on n'arrive toujours pas à savoir quelles étaient les cibles potentielles", souligne auprès de l'AFP Me Charlotte Cesari, qui défend Clément Baur avec Me Jérôme Susini. Pour les avocats, l'enquête n'a pas non plus permis de "révéler les conditions de sa radicalisation". Selon le réquisitoire, la radicalisation de ce Niçois remonte à l'adolescence et à sa conversion à l'islam, dès 2007, au contact d'islamistes tchétchènes. A 17 ans, parlant russe, il demandait l'asile en Belgique sous une première fausse identité. Les enquêteurs sont convaincus qu'il y fréquenta la cellule terroriste de Verviers, celle d'Abdelhamid Abaaoud, le coordinateur des attentats du 13 novembre 2015 en France (131 morts). En Allemagne, où il a séjourné comme faux réfugié en 2015, Clément Baur était aussi dans le viseur de la justice. Les investigations ont établi qu'il était en contact avec Anis Amri, l'auteur de l'attentat au camion sur le marché de Noël de Berlin en 2016 (12 morts). Avec un Russe réfugié en Allemagne, Magomed-Ali C., il est aussi soupçonné d'avoir projeté une attaque dans un centre commercial à Berlin. Se sachant surveillé, il avait finalement fui en 2016 grâce à Mahiedine Merabet. L'islamiste russe, lui, sera arrêté en 2018 puis condamné à Berlin en 2020 à cinq ans et quatre mois de prison. Contactés par l'AFP, les avocats de Merabet n'ont pas souhaité faire de commentaires. (Belga)

Au terme de vastes investigations, coordonnées avec les polices belge et allemande, le parquet national antiterroriste vient de requérir une comparution devant les assises des Français Clément Baur et de Mahiedine Merabet, 27 et 33 ans aujourd'hui, pour "association de malfaiteurs terroriste". La décision finale sur ce procès, également réclamé pour dix hommes soupçonnés d'avoir fourni armes et munitions, revient d'ici un mois aux juges d'instruction. Le dossier, fruit d'une cyberinfiltration et d'une vaste surveillance téléphonique, est devenu emblématique pour l'antiterrorisme, qui le cite régulièrement pour défendre son accès aux "fadettes", menacé par la jurisprudence européenne. Même Clément Baur est conscient de son importance lui qui, une fois emprisonné, se vantera au parloir "d'être impliqué dans le 'deuxième plus gros attentat déjoué en France'", après celui de Reda Kriket, condamné en avril dernier à 24 ans de réclusion criminelle pour un projet en 2016. Retour sur ce mardi d'avril 2017: à cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle, alors que les services de sécurité des candidats sont sur les dents, Baur et Merabet sont interpellés à Marseille par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Dans leur appartement, les enquêteurs découvrent 3,5 kg de TATP, explosif artisanal prisé des djihadistes. Une partie est prête à l'emploi, une autre sèche sur des étagères, 250 grammes sont déjà dans une salière avec une mèche pour constituer une grenade. Un pistolet-mitrailleur Uzi, trois pistolets de calibre 7,65 mm, des centaines de munitions ainsi que des supports numériques sont saisis, selon le réquisitoire du 7 mai consulté par l'AFP. Parmi ces supports, la photographie d'une mise en scène: une tablette affiche une vidéo du groupe État islamique (EI) montrant des enfants blessés, près du journal Le Monde avec François Fillon en Une, des armes, et des dizaines de munitions disposées de manière à écrire "la loi du talion". Une semaine avant l'interpellation, la DGSI avait été alertée par des services étrangers sur le fait qu'un homme tentait de "transmettre en urgence une vidéo d'allégeance à des membres de l'État islamique". Une cyberinfiltration et de l'analyse téléphonique avait alors permis d'identifier Merabet. Mais l'antiterrorisme était déjà sur la piste de ce délinquant multirécidiviste de Roubaix. Il venait d'envoyer un message intrigant au commissariat de sa ville: "je vous donne ma pièce d'identité et ma carte (bancaire) car a cause de vous je n'en est plus utiliter (sic). Je vais bientôt rentrer me rendre on discutera (...) je vie d'amour et d'eau fraiche je m'édite laisser moi Tranquil... salut". Au cours de l'instruction, Merabet conteste tout projet d'attentat, invoquant sa "passion pour la chimie" et un projet de revente du TATP. Il admet toutefois avoir "voulu faire une bêtise" en voyant le nombre de victimes en Irak et avoir envisagé "un petit coup d'éclat" avec la salière de TATP près du meeting de Marine Le Pen, prévu le lendemain. Avant de se raviser. Le jeune homme était fiché S depuis sa radicalisation en prison, notamment après avoir partagé début 2015 la cellule de Clément Baur, incarcéré quelques mois sous une fausse identité de réfugié du Daghestan, en Russie. Ce dernier assume pour sa part son appartenance idéologique à l'EI. Il reconnaît avoir évoqué avec son complice un projet meurtrier, mais affirme s'être ravisé, assurant n'avoir sérieusement envisagé que des "dégâts matériels" sur une "cible institutionnelle", en représailles aux frappes en Syrie. La sonorisation de ses parloirs sera plus fructueuse: devant ses parents, il martèle sa haine de la France des "croisés", opposant les victimes des bombardements français en Syrie aux "130 porcs qui écoutent de la musique" au Bataclan. "Quand je vais sortir (...) je vais me faire exploser inshallah !", lance-t-il un jour. A son père, il raconte une autre fois "leurs hésitations entre une opération suicide et une attaque suivie d'un départ vers la Syrie", ajoutant qu'il aurait "préféré mourir, tomber en martyr" qu'être en prison. Toutefois, "malgré une enquête de quatre ans, on n'arrive toujours pas à savoir quelles étaient les cibles potentielles", souligne auprès de l'AFP Me Charlotte Cesari, qui défend Clément Baur avec Me Jérôme Susini. Pour les avocats, l'enquête n'a pas non plus permis de "révéler les conditions de sa radicalisation". Selon le réquisitoire, la radicalisation de ce Niçois remonte à l'adolescence et à sa conversion à l'islam, dès 2007, au contact d'islamistes tchétchènes. A 17 ans, parlant russe, il demandait l'asile en Belgique sous une première fausse identité. Les enquêteurs sont convaincus qu'il y fréquenta la cellule terroriste de Verviers, celle d'Abdelhamid Abaaoud, le coordinateur des attentats du 13 novembre 2015 en France (131 morts). En Allemagne, où il a séjourné comme faux réfugié en 2015, Clément Baur était aussi dans le viseur de la justice. Les investigations ont établi qu'il était en contact avec Anis Amri, l'auteur de l'attentat au camion sur le marché de Noël de Berlin en 2016 (12 morts). Avec un Russe réfugié en Allemagne, Magomed-Ali C., il est aussi soupçonné d'avoir projeté une attaque dans un centre commercial à Berlin. Se sachant surveillé, il avait finalement fui en 2016 grâce à Mahiedine Merabet. L'islamiste russe, lui, sera arrêté en 2018 puis condamné à Berlin en 2020 à cinq ans et quatre mois de prison. Contactés par l'AFP, les avocats de Merabet n'ont pas souhaité faire de commentaires. (Belga)