Le Parti socialiste (PSOE) de M. Sanchez arriverait en tête de ce quatrième scrutin en quatre ans, avec 121 députés, mais perdrait donc deux sièges par rapport aux dernières élections du 28 avril, indique cette enquête réalisée par l'institut dB auprès de 2.002 électeurs du 23 au 29 octobre, soit après les violences en Catalogne ayant suivi la condamnation de dirigeants séparatistes. Le socialiste serait donc toujours loin de la majorité absolue de 176 sièges à laquelle il n'arriverait pas non plus avec l'appui des autres formations de gauche: Podemos (gauche radicale), qui reculerait de 42 à 31 sièges, et Mas Pais (5 sièges). A droite, le Parti Populaire (PP) se redresserait nettement avec 91 sièges contre 66 en avril, tandis que Vox (extrême droite), qui a fait son entrée en force au Parlement en avril, verrait son nombre de députés presque doubler à 46 contre 24 il y a six mois. Mais ces deux partis et le parti libéral Ciudadanos, grand perdant du scrutin avec 14 sièges contre 57 en avril, ne seraient pas non plus en mesure de parvenir ensemble à la majorité absolue, selon ce sondage. Une grande coalition PSOE-PP permettrait de dépasser ce seuil de 176 sièges mais M. Sanchez a exclu catégoriquement ce scénario. Parmi les autres forces politiques présentes au Parlement, les indépendantistes catalans obtiendraient au total 24 sièges, dont deux pour le parti de gauche radicale indépendantiste CUP, qui se présente pour la première fois à des élections nationales. L'Espagne vit une situation d'instabilité politique depuis que le bipartisme a volé en éclats en 2015 avec l'entrée en force au Parlement de Podemos et de Ciudadanos. (Belga)