Psychologue, professeure émérite à l'Université de Liège et députée européenne de 2001 à 2014, Véronique De Keyser a été élue ce mardi au cours d'une assemblée générale réunie virtuellement, coronavirus oblige. "Militante engagée de la laïcité, c'est à ce titre qu'elle a intégré en 2017 le conseil d'administration qu'elle présidera dorénavant", a commenté le Centre, qui regroupe quelque 300 associations. La nomination d'une femme à sa présidence "confirme la volonté (du CAL) mise en ?uvre depuis de nombreuses années d'une féminisation de ses instances", a-t-il poursuivi. "La grave crise sanitaire (du coronavirus, NDLR) a créé d'exceptionnels mouvements de solidarité. Mais elle a aussi suscité des questions, jusqu'ici sans réponse, qui ont nourri les populismes et les peurs", a réagi Mme De Keyser. "La laïcité, avec sa capacité de réflexion, sa volonté d'aller vers l'universel, de défendre les droits de l'Homme et de lutter contre les inégalités et les discriminations, contribuera au débat suscité par cette crise, un débat qui fera reculer les peurs", a-t-elle espéré. (Belga)

Psychologue, professeure émérite à l'Université de Liège et députée européenne de 2001 à 2014, Véronique De Keyser a été élue ce mardi au cours d'une assemblée générale réunie virtuellement, coronavirus oblige. "Militante engagée de la laïcité, c'est à ce titre qu'elle a intégré en 2017 le conseil d'administration qu'elle présidera dorénavant", a commenté le Centre, qui regroupe quelque 300 associations. La nomination d'une femme à sa présidence "confirme la volonté (du CAL) mise en ?uvre depuis de nombreuses années d'une féminisation de ses instances", a-t-il poursuivi. "La grave crise sanitaire (du coronavirus, NDLR) a créé d'exceptionnels mouvements de solidarité. Mais elle a aussi suscité des questions, jusqu'ici sans réponse, qui ont nourri les populismes et les peurs", a réagi Mme De Keyser. "La laïcité, avec sa capacité de réflexion, sa volonté d'aller vers l'universel, de défendre les droits de l'Homme et de lutter contre les inégalités et les discriminations, contribuera au débat suscité par cette crise, un débat qui fera reculer les peurs", a-t-elle espéré. (Belga)