"Vous ne pouvez baisser la garde une seule seconde, parce que nous défendrons le droit le plus essentiel obtenu par notre nation dans toute son histoire, celui de vivre en paix", a déclaré M. Maduro au cours d'une cérémonie militaire. Il a évoqué des informations de CNN, citant un haut responsable de l'administration américaine. Selon ces informations, Donald Trump a interrogé ses conseillers en politique étrangère en août 2017, lors d'une réunion sur les sanctions imposées par Washington au Venezuela, sur la possibilité d'envahir ce pays. Les conseillers avaient vigoureusement rejeté cette idée, de même que des responsables latino-américains auprès desquels M. Trump s'en était également ouvert, selon CNN. Selon M. Maduro, juste avant que M. Trump interroge ses conseillers, des responsables de l'opposition vénézuélienne s'étaient rendus à la Maison blanche. "Est-ce que c'est une coïncidence? Non, ce n'est pas une coïncidence", a assuré M. Maduro, convaincu que Washington s'intéresse aux réserves pétrolières du pays. Diosdado Cabello, le président de l'Assemblée nationale constituante qui régit le Venezuela depuis août 2017, a annoncé une enquête pour "trahison de la patrie" à l'encontre d'opposants qui auraient "demandé une intervention militaire". (Belga)

"Vous ne pouvez baisser la garde une seule seconde, parce que nous défendrons le droit le plus essentiel obtenu par notre nation dans toute son histoire, celui de vivre en paix", a déclaré M. Maduro au cours d'une cérémonie militaire. Il a évoqué des informations de CNN, citant un haut responsable de l'administration américaine. Selon ces informations, Donald Trump a interrogé ses conseillers en politique étrangère en août 2017, lors d'une réunion sur les sanctions imposées par Washington au Venezuela, sur la possibilité d'envahir ce pays. Les conseillers avaient vigoureusement rejeté cette idée, de même que des responsables latino-américains auprès desquels M. Trump s'en était également ouvert, selon CNN. Selon M. Maduro, juste avant que M. Trump interroge ses conseillers, des responsables de l'opposition vénézuélienne s'étaient rendus à la Maison blanche. "Est-ce que c'est une coïncidence? Non, ce n'est pas une coïncidence", a assuré M. Maduro, convaincu que Washington s'intéresse aux réserves pétrolières du pays. Diosdado Cabello, le président de l'Assemblée nationale constituante qui régit le Venezuela depuis août 2017, a annoncé une enquête pour "trahison de la patrie" à l'encontre d'opposants qui auraient "demandé une intervention militaire". (Belga)