"Nous sommes arrivés sur la belle et hospitalière terre mexicaine pour défendre la vérité et la dignité du Venezuela", a écrit sur Twitter M. Rodriguez, également président du Parlement. "Notre délégation vient d'arriver à Mexico pour poursuivre le dialogue avec les oppositions vénézuéliennes (...) Nous espérons de nouveaux accords et des résultats positifs pour le peuple du Venezuela", a confirmé, également sur Twitter, le président Nicolas Maduro. La reprise d'un troisième cycle de pourparlers entre le gouvernement et l'opposition du Venezuela, initialement prévue vendredi, avait dû être reportée en l'absence des représentants du président Nicolas Maduro. Les représentants de l'opposition avaient constaté l'absence des délégués du pouvoir, mais "réitéré" leur "engagement à avancer dans ce processus" de dialogue entamé en août sous les auspices de la Norvège pour tenter de sortir le pays de l'ornière. D'un côté, le pouvoir veut une suppression des sanctions imposées par les pays qui ne reconnaissent pas la réélection du président Maduro en 2018. De l'autre, l'opposition veut obtenir des élections libres et transparentes en vue du scrutin régional de novembre, mais surtout de la présidentielle de 2024. L'agenda de la nouvelle réunion sur le respect de l'Etat de droit est aussi beaucoup plus ambitieux que les précédentes rencontres. Ces dernières ont permis d'aboutir à deux accords sur des points mineurs, un mécanisme de financement des vaccins anti-Covid et la souveraineté du Venezuela sur un territoire du Guyana voisin revendiqué par Caracas. (Belga)

"Nous sommes arrivés sur la belle et hospitalière terre mexicaine pour défendre la vérité et la dignité du Venezuela", a écrit sur Twitter M. Rodriguez, également président du Parlement. "Notre délégation vient d'arriver à Mexico pour poursuivre le dialogue avec les oppositions vénézuéliennes (...) Nous espérons de nouveaux accords et des résultats positifs pour le peuple du Venezuela", a confirmé, également sur Twitter, le président Nicolas Maduro. La reprise d'un troisième cycle de pourparlers entre le gouvernement et l'opposition du Venezuela, initialement prévue vendredi, avait dû être reportée en l'absence des représentants du président Nicolas Maduro. Les représentants de l'opposition avaient constaté l'absence des délégués du pouvoir, mais "réitéré" leur "engagement à avancer dans ce processus" de dialogue entamé en août sous les auspices de la Norvège pour tenter de sortir le pays de l'ornière. D'un côté, le pouvoir veut une suppression des sanctions imposées par les pays qui ne reconnaissent pas la réélection du président Maduro en 2018. De l'autre, l'opposition veut obtenir des élections libres et transparentes en vue du scrutin régional de novembre, mais surtout de la présidentielle de 2024. L'agenda de la nouvelle réunion sur le respect de l'Etat de droit est aussi beaucoup plus ambitieux que les précédentes rencontres. Ces dernières ont permis d'aboutir à deux accords sur des points mineurs, un mécanisme de financement des vaccins anti-Covid et la souveraineté du Venezuela sur un territoire du Guyana voisin revendiqué par Caracas. (Belga)