On estime qu'en moyenne 35.000 vélos sont volés chaque année en Belgique ( il y en a eu 32.989 en 2017). Mais ce ne serait là que la pointe de l'iceberg, car seul un peu moins d'un vol sur trois serait déclaré.
...

On estime qu'en moyenne 35.000 vélos sont volés chaque année en Belgique ( il y en a eu 32.989 en 2017). Mais ce ne serait là que la pointe de l'iceberg, car seul un peu moins d'un vol sur trois serait déclaré. La plupart des vélos sont volés en rue, mais on constate une recrudescence des vols à domicile, ainsi que dans les magasins de revendeurs ou aux abords des courses de Triathlon, dit l'Avenir. Des vols qui viseraient surtout les vélos plus haut de gamme ou électriques. Par exemple, dans la zone de police de Montgomery, on a constaté une hausse de la proportion de vols de vélos commis dans une propriété privée de 25% en 2017 à 36% en 2018". Aedes, une compagnie d'assurance qui couvre aussi les vélos, a pour sa part enregistré un vol de vélo par jour lors des dernières semaines. Ces vols à domicile ou en magasin sont la plupart du temps réalisés par des bandes criminelles organisées qui les revendent ensuite dans les pays de l'Est ou en Afrique du Nord. Les vélos volés sont souvent, dans un premier temps, regroupés dans un entrepôt et revendus comme surstock de marques. En ce qui concerne les vélos de course ou de triathlon, la plupart d'entre eux sont dépecés et revendus en pièces détachées pour éviter tout traçage. À côté des bandes organisées, il y a les voleurs à la petite semaine. Des voleurs du coin qui saisissent la moindre opportunité. On notera aussi que même le plus solide des cadenas ne résiste pas plus d'une minute. Surtout si le voleur utilise une bombe d'azote liquide qui fragilise l'acier au point qu'un simple coup de marteau permet de le briser. Sans parler du cric hydraulique qui vient même à bout des cadenas en U, des disqueuses sur batterie ou du coupe-boulon en acier trempé. Heureusement, ces techniques ne sont souvent utilisées que par les bandes organisées et sont donc moins fréquentes. Quoiqu'il en soit, une fois volé, le vélo a très peu de chance d'être retrouvé puisque la probabilité d'une fin heureuse n'est que de 4 à 5%. Une bonne idée est de graver son vélo pour l'identifier plus facilement. Une autre solution pour les vélos les plus chers est d'installer un traqueur sur le cadre du vélo. Mais là aussi, s'il le vélo est déjà à l'autre bout du monde, un rapatriement risque souvent de coûté aussi cher qu'un nouveau vélo.