Selon une information du quotidien Het Laatste Nieuws, l'Institut belge pour la sécurité routière Vias et le SPF Mobilité ont demandé à plus de dix mille Belges de noter tous leurs déplacements. Les données révèlent que parmi les cyclistes adeptes du vélo classique, les femmes sont plus prudentes et roulent plus lentement. Elles font une moyenne de 14 km à l'heure alors que les hommes atteignent les 17 km à l'heure.
...

Selon une information du quotidien Het Laatste Nieuws, l'Institut belge pour la sécurité routière Vias et le SPF Mobilité ont demandé à plus de dix mille Belges de noter tous leurs déplacements. Les données révèlent que parmi les cyclistes adeptes du vélo classique, les femmes sont plus prudentes et roulent plus lentement. Elles font une moyenne de 14 km à l'heure alors que les hommes atteignent les 17 km à l'heure.Étonnamment, les résultats sont complètement différents pour le vélo électrique. Les hommes roulent en moyenne à 18 km à l'heure et les femmes à 22 km à l'heure, soit 8 km à l'heure de plus que si elles pédalaient sur une bicyclette classique. Fierté masculine Interrogée par Het Laatste Nieuws, Ingrid Peeters, directrice d'Okra Sport, une ASBL flamande qui organise des cours de vélo électrique pour les séniors, met cet écart sur le compte d'une certaine fierté masculine. "Les hommes attendent plus longtemps pour acheter un vélo électrique, parce qu'ils veulent rouler le plus longtemps possible sans aide. Ils ne veulent pas céder". D'ailleurs, l'enquête révèle que si 57% des vélos classiques sont conduits par un homme, ce chiffre baisse à 46% pour les modèles électriques. Et quand ils finissent par craquer pour un vélo électrique, affirme Ingrid Peeters, ils veulent tout de même continuer à exhiber leur puissance musculaire et règlent l'assistance sur un niveau assez faible. Les femmes se moqueraient quant à elles du regard des autres et n'hésiteraient pas à enclencher le niveau maximal d'assistance se disant, "j'ai un vélo électrique, alors autant l'utiliser". Cependant, cette vitesse élevée n'est pas sans danger vu qu'elle augmente la distance de freinage. Selon Okra, les accidents se produisent souvent lors du démarrage parce que l'assistance électrique propulse rapidement le vélo en avant. Aussi l'association conseille-t-elle d'enclencher l'assistance une fois que l'on est en train de pédaler. Elle recommande aussi de garder ses distances et de veiller à son équilibre, les vélos électriques étant plus lourds que les bicyclettes à propulsion humaine. À en croire les chiffres de Vias relayés par Het Laatste Nieuws, les Belges parcourent 5,2% de tous les kilomètres qu'ils font à vélo, un chiffre qui va en augmentant depuis quelques années. Ils utilisent un vélo électrique pour 20% de ces kilomètres. Ce pourcentage cache toutefois de grosses différences entre les régions. En Wallonie par exemple, il y a moins de cyclistes, mais la part d'utilisateurs de vélos électriques est plus importante (21%), notamment en raison des plus grandes distances et du relief plus vallonné. En Flandre, cette part est de 14% et à Bruxelles de 8%.