Le jeune prêtre, dont le procès avait démarré en octobre 2020 au rythme d'audiences espacées, est soupçonné d'avoir imposé durant sa jeunesse des relations sexuelles à un jeune âgé d'un an de moins que lui. Les faits auraient démarré en 2007 dans le pré-séminaire Saint-Pie X lorsqu'ils étaient encore tous deux adolescents, âgés de 14 et 13 ans. Ils se seraient déroulés durant cinq ans jusqu'en 2012, année où Gabriele Martinelli avait atteint ses 19 ans. Le "promoteur de justice" (équivalent d'un procureur) Roberto Zannotti a estimé nécessaire de punir Gabriele Martinelli pour des faits à partir de ses 16 ans. Dans le détail, il a requis 8 ans de réclusion, réduits à 4 ans en raison du jeune âge de l'accusé, pour "violence charnelle aggravée", un délit ainsi inscrit dans le code pénal du Vatican. Quatre années, réduites à deux, ont en outre été réclamées pour "des actes de désir aggravés". Durant le procès, le père Martinelli, âgé aujourd'hui de 29 ans, a qualifié les accusations portées contre lui par la victime (L.G.) d'"infondées". Ordonné prêtre à Côme (nord de l'Italie) en 2017, il travaille actuellement dans un centre pour personnes âgées. Quatre années de prison ont par ailleurs été requises pour "favoritisme" contre le père Enrico Radice, 72 ans, qui était à l'époque des faits le recteur du pré-séminaire et aurait fermé les yeux sur les agissements de Gabrielle Martinelli, son protégé. "Personne ne m'a jamais parlé d'abus sexuels", s'est-il défendu à la barre. Le pré-séminaire Saint-Pie X héberge des enfants et adolescents qui étudient dans une école privée dans le centre de Rome et aident durant les messes célébrées dans la basilique Saint-Pierre. Certains d'entre eux décident éventuellement de devenir prêtres et d'aller étudier dans un séminaire. En mai, le Saint-Siège a annoncé que cette résidence serait transférée en dehors des murs de la Cité du Vatican, afin de rapprocher les élèves de leur école. Des avocats de la défense seront entendus vendredi. Aucune date n'a encore été fixée pour la sentence. (Belga)

Le jeune prêtre, dont le procès avait démarré en octobre 2020 au rythme d'audiences espacées, est soupçonné d'avoir imposé durant sa jeunesse des relations sexuelles à un jeune âgé d'un an de moins que lui. Les faits auraient démarré en 2007 dans le pré-séminaire Saint-Pie X lorsqu'ils étaient encore tous deux adolescents, âgés de 14 et 13 ans. Ils se seraient déroulés durant cinq ans jusqu'en 2012, année où Gabriele Martinelli avait atteint ses 19 ans. Le "promoteur de justice" (équivalent d'un procureur) Roberto Zannotti a estimé nécessaire de punir Gabriele Martinelli pour des faits à partir de ses 16 ans. Dans le détail, il a requis 8 ans de réclusion, réduits à 4 ans en raison du jeune âge de l'accusé, pour "violence charnelle aggravée", un délit ainsi inscrit dans le code pénal du Vatican. Quatre années, réduites à deux, ont en outre été réclamées pour "des actes de désir aggravés". Durant le procès, le père Martinelli, âgé aujourd'hui de 29 ans, a qualifié les accusations portées contre lui par la victime (L.G.) d'"infondées". Ordonné prêtre à Côme (nord de l'Italie) en 2017, il travaille actuellement dans un centre pour personnes âgées. Quatre années de prison ont par ailleurs été requises pour "favoritisme" contre le père Enrico Radice, 72 ans, qui était à l'époque des faits le recteur du pré-séminaire et aurait fermé les yeux sur les agissements de Gabrielle Martinelli, son protégé. "Personne ne m'a jamais parlé d'abus sexuels", s'est-il défendu à la barre. Le pré-séminaire Saint-Pie X héberge des enfants et adolescents qui étudient dans une école privée dans le centre de Rome et aident durant les messes célébrées dans la basilique Saint-Pierre. Certains d'entre eux décident éventuellement de devenir prêtres et d'aller étudier dans un séminaire. En mai, le Saint-Siège a annoncé que cette résidence serait transférée en dehors des murs de la Cité du Vatican, afin de rapprocher les élèves de leur école. Des avocats de la défense seront entendus vendredi. Aucune date n'a encore été fixée pour la sentence. (Belga)